Artistes : Une nouvelle union pour mieux se promouvoir

L’Union pour le progrès des artistes (UPA) est la nouvelle association qui vient de voir le jour dans l’univers culturel ivoirien. Elle vise à permettre à l’artiste ivoirien de vivre véritablement de son art, en l’éloignant de la misère et de la mendicité. Le premier Président de l’UPA, Kalilou Ibrahima Koné alias Fadal Dey, veut se donner les moyens d’y arriver.

Avec la longue crise qu’a connu le Bureau ivoirien des droits d’auteur (BURIDA) et les conditions de précarité dans lesquelles se trouvent certains artistes ivoiriens, un regroupement a décidé de saisir le taureau par les cornes en mettant sur pied une nouvelle instance, l’Union pour le progrès des artistes (UPA). Cette association s’est donné pour objectif de rassembler tous les artistes de Côte d’Ivoire et la mission qu’elle s’est assignée est très noble : se battre pour mettre l’artiste ivoirien dans les meilleures conditions en lui permettant de mieux vivre de son art. L’artiste-chanteur Kalilou Ibrahima Koné, alias Fadal Dey, a été choisi par ses pairs pour présider aux destinées de cette union, vu son engagement et son courage dans la défense des droits des artistes.

Défendre les artistes En tant que premier Président, Fadal Dey souhaite, sous sa mandature qui va durer cinq années, relever tous les défis qui se présenteront à lui. « Je mesure l’immensité des défis qui nous attendent. Parce que les problèmes qui minent notre corporation sont énormes », a-t-il déclaré, avant de rassurer les uns et les autres en ces termes : « nous allons remuer ciel et terre s’il le faut pour que de façon définitive, la misère, la galère, l’irrespect, la mendicité, quittent à jamais notre milieu. Faire disparaitre tous les maux, tous les mauvais qualitatifs qui minent notre milieu ». Le tout premier chantier qu’il compte attaquer rapidement est l’instauration de la cohésion, la réconciliation et l’unité entre les artistes de Côte d’Ivoire, seul gage qui permettra au navire UPA d’arriver à bon port.

Ensuite, il prévoit de booster la création artistique, qu’il estime en perte de vitesse, en prenant attache avec des institutions nationales et internationales crédibles afin de remettre les artistes au travail. Vaillant défenseur de la cause des artistes, Fadal Dey est l’un des artisans du départ de l’ex Directrice générale du BURIDA, Mme Irène Assa Viera, dont il dénonçait la mauvaise gestion et une redistribution inéquitable des droits d’auteurs. Aujourd’hui porté à la tête de cette nouvelle union, il est bien décidé à redorer le blason de sa corporation.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité