« Seules les bêtes » : Le « broutage » en vedette

« Seules les bêtes » est une production franco-allemande de Dominique Moll et Boris Van Gils, depuis quelques jours à l’affiche des Cinémas Majestic d’Abidjan. Un polar entre Abidjan et Paris qui fait la part belle aux jeunes acteurs ivoiriens.

Dominique Moll (France) et Boris Van Gils (Allemagne), réalisateur et producteur exécutif du film, ont décidé de faire confiance à de jeunes acteurs ivoiriens en leur offrant leur premier rôle dans ce film de 117 minutes. La preuve que le cinéma ivoirien se porte à merveille et que la relève est bien assurée. L’œuvre, adaptée d’un roman de Colin Niel, raconte l’histoire d’une femme qui a disparu. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route qui monte vers un plateau où se trouvent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste, cinq personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent, où le soleil brûle et où la pauvreté n’empêche pas le désir de dicter sa loi.

Brouteurs flambeurs Pourquoi des « brouteurs » opérant depuis la Côte d’Ivoire se sont-ils mêlés à la disparition de cette femme ? L’interrogation plonge le spectateur dans une aventure pleine de rebondissements, qui lève un coin du voile sur ce phénomène. « On a beau savoir que l’argent ne fait pas le bonheur, il est difficile de ne pas souhaiter en avoir pour être plus heureux. Les jeunes brouteurs ont un rapport à l’argent très spécial. Ils veulent flamber. Ils ne cherchent pas à améliorer leur quotidien. Ils vont tout dépenser en une soirée, faire croire qu’ils ont tellement d’argent qu’ils peuvent le jeter par la fenêtre. Ils ne se projettent pas vers l’avenir », explique le réalisateur Dominique Moll. Certaines scènes ont été tournées dans les quartiers de Treichville et de Yopougon, des zones réputées pour la forte présence de ces cybercriminels. « Nous avons voulu montrer ces jeunes dans leur désir de richesse et montrer aussi l’isolement d’un certain monde rural en France, mettre ces deux mondes face à face. Que l’on soit sur le Causse ou à Abidjan, au-delà des inégalités économiques, chacun recherche un idéal. Malgré Internet, qui désormais lie potentiellement tous les individus de la planète, le paradoxe du si loin, si proche est toujours présent », confie Dominique Moll. Le jeune acteur Guy-Armand N’Drin, qui joue le rôle d’Armand, est présélectionné pour les prochains Césars.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 20/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité