Trois questions Ó

Vazoumana Sylla, secrétaire général du Syndicat national des préparateurs et gestionnaires en pharmacie de Côte d'Ivoire

Le panier de soins proposé dans nos hôpitaux est l’objet de débats entre personnel soignant et usagers. Faut-il oui ou non augmenter le coût des soins ?

Nous connaissons tous les réalités de nos hôpitaux. Vous avez vu que le CHU de Yopougon tombe en ruine et qu’il doit être fermé pour réhabilitation. Beaucoup de nos hôpitaux sont en mauvais état. Pour parvenir à faire fonctionner correctement notre système sanitaire, il faut pratiquer des coûts réalistes. Aujourd’hui, le social et la santé ne font pas bon ménage. Personne n’aime voir des malades couchés à même le sol alors qu’ils pourraient avoir des chambres, ou encore des hôpitaux qui n’ont pas de groupe électrogène.

Les coûts proposés tiennent pourtant compte de certaines réalités…

Ils sont trop bas. Nous sommes bien placés pour le savoir. Aujourd’hui, à l’hôpital général d’Abobo, où j’exerce, par exemple, on a besoin de plus de chambres d’hospitalisation pour les malades.

Est-il vraiment judicieux de parler d’augmentation des coûts alors que la population est démunie ?

La Couverture maladie universelle, que nous saluons, permettra aux malades de ne payer que 30% des prestations. L’État fait des efforts, mais l’État ne peut pas tout faire seul. Le malade, à un moment donné, doit lui aussi participer à ses propres soins.

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 19/11/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur Ó la banalisation

La C˘te dĺivoire compte aujourdĺhui prŔs de 20 000 cas confirmÚs de Covid-19, 18 000 malades guÚris et moins de 120 dÚcŔs. Avec un taux de lÚtalitÚ de 0,6% et un taux de guÚrison de 92%, la pandÚmie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité