Monnaie unique : Le Ghana émet des réserves sur l’Eco

Le Ghana s'éloigne davantage de l’un des critères de convergence de l'Eco, le projet de monnaie unique de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Le déficit budgétaire du pays devrait se situer au-delà de 10% au terme de cette année 2020, selon les dires du ministre ghanéen des Finances, Ken Ofori-Atta. « Nous nous attendions à une croissance du produit intérieur brut de 6,8% et nous réalisons maintenant qu'il va falloir revoir nos projections à la baisse. Le déficit budgétaire, que nous avions jalousement gardé et maintenu en dessous des 5% devrait désormais se creuser au-dessus de 10% », a fait savoir le ministre. Pourtant, dans le cadre du projet de création de la monnaie Eco, les pays de la CEDEAO ont convenu que leur déficit budgétaire ne devrait pas dépasser 4% du Produit intérieur brut (PIB). Le Ghana aura donc du mal à stopper la détérioration du critère de convergence sur l'inflation. Celui-ci prévoit que le taux d'inflation au sein des pays parties prenantes à la création de la monnaie unique ne dépasse pas les deux chiffres. Or, le Ghana en est actuellement à 11,3%. Il est important de noter que le Ghana et le Nigéria sont les pays les plus critiques envers la décision de l'UEMOA de commencer à utiliser l'Eco conformément à la décision prise en juin 2019 et à l'accord avec la France, en décembre de la même année.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 22/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité