Petite monnaie Pénurie en vue

« Je n’ai pas de monnaie », « montez avec la monnaie » ou encore « préparez la monnaie exacte » sont devenus des expressions courantes et une vraie galère pour les Abidjanais. Une réalité que la Socoprime, gérante du pont Henri Konan Bédié, a voulu gérer en imposant à ses usagers le fait d’avoir le « montant exact du prix » avant la traversée. Ayant provoqué une levée de boucliers chez les usagers, la décision, même levée le 12 novembre, pose avec acuité la question de la petite monnaie. Pour Abdoul Aziz Karim, ingénieur commercial, les responsables cette situation sont au niveau de la représentation nationale de la BCEAO. « Ce problème est typiquement abidjanais. A cela s’ajoute le refus de certains billets de banque. Cela est complètement illégal », dit-il. « Nous avons communiqué là-dessus, mais, malheureusement, les habitudes ont la peau dure », se défend-on du côté de la banque centrale. « Cela a un impact dramatique sur le commerce, allant jusqu’au ralentissement des certains échanges commerciaux ». La solution, selon l’ingénieur, serait la digitalisation de la monnaie, avec le paiement par mobile banking. Là encore, soutiennent certains analystes économistes, la proposition passera difficilement auprès des commerçants, à qui le manque de monnaie profite. En plus de la pièce de 250 francs CFA, qui tend à disparaitre de la circulation car refusée dans certains échanges commerciaux, les spécialistes craignent que la Côte d’Ivoire n’en arrive à une situation de « déficit » en petite monnaie. 

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/02/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Ecouter la voix du peuple !

Sous la pression des acteurs économiques, le gouvernement ivoirien a décidé d’abandonner certaines dispositions décriées de la Loi de finances adopté...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité