Indice CPIA: L’Afrique sub-saharienne stagne

La Banque mondiale vient de rendre publique l’édition 2020 de son Évaluation de la politique et des institutions nationales (CPIA) pour l’Afrique subsaharienne. La note globale de la région reste inchangée, mais le rapport relève que la qualité des politiques et des institutions s’est dégradée.

Le rapport sur l’Évaluation de la politique et des institutions nationales (CPIA) dans les pays d’Afrique subsaharienne admis à emprunter à l’Association internationale de développement (IDA) est un outil de diagnostic annuel destiné à mesurer la qualité des structures politiques et institutionnelles publiques et leur capacité à soutenir une croissance durable et à réduire la pauvreté. Ce rapport attribue à chaque pays des notes allant de 1 (faible) à 6 (élevé), sur 16 indicateurs, regroupés en 4 catégories : la gestion économique, les politiques structurelles, les politiques de lutte contre l’exclusion sociale et de promotion de l’équité et la gestion et les institutions du secteur public.

Stagnation La note globale de la CPIA représente la moyenne des 16 indicateurs. Les notes obtenues servent à déterminer le volume des prêts concessionnels et des dons que la Banque mondiale accorde aux pays à faible revenu d’Afrique subsaharienne. Les notes moyennes dans la plupart de ces catégories ont affiché une tendance à la baisse en 2019. Alors que celles pour la catégorie « gestion économique » n’ont pas changé par rapport à l’évaluation de l’année précédente, celles des trois autres catégories (politiques structurelles, inclusion sociale, gestion et institutions du secteur public) ont diminué, indiquant ainsi que la qualité des politiques et des institutions dans la région des pays IDA s’est affaiblie en 2019. Le Rwanda s’est maintenu en tête du classement. Sa note globale de 4,0 n’a toutefois pas évolué au cours des trois dernières années. Vient ensuite le Cap-Vert, dont la note globale est de 3,8. Suivi du Kenya, du Sénégal et de l’Ouganda, avec chacun la note globale de 3,7, notes identiques à celles de l’année précédente. La Côte d’Ivoire arrive en huitième position, avec une note de 3,5.  Parmi les pays africains qui ont vu leur note globale stagner, l’on compte le Tchad, le Nigeria et le Zimbabwe, qualifiés de pays dits « fragiles » et touchés par des conflits. Les pays dits « non fragiles » comprennent le Bénin, le Ghana et le Togo. Mais huit pays ont vu leur note globale diminuer : Mozambique, Sierra Leone, Sao Tomé-et-Principe, Érythrée, Burkina Faso, Soudan du Sud et Soudan.

Yvan AFDAL

 
 
 

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité