Zimbabwe : 1 à 0 pour Grace Mugabe

« Je laisserai ou donnerai le pouvoir à Mme Mugabe, ou à Emerson (Mnangagwa), ou à Mphoko (l’ancien Vice-président) », a déclaré Robert Mugabe en septembre 2017, alors qu’il est candidat à sa propre succession en 2018. Deux mois plus tard, il a limogé Emerson Mnagagwa, jusqu’à ce lundi son Vice-président, pour « manque de loyauté, manque de respect, malhonnêteté et manque de sérieux », a déclaré le ministre de l’Information zimbabwéen Khaya Moyo.

Ce limogeage n’est pas véritablement surprenant. Une guerre de succession opposait le Vice-président sortant à Grace Mugabe depuis des mois. Une campagne virulente, visant à discréditer chacune des deux parties au sein de leur parti commun a eu raison de lui.

Les tractations ont commencé, chez les jeunes notamment, pour qu’il soit remplacé par celle qui lançait dimanche soir encore à son mari, devant des milliers de personne, « n’ayez pas peur. Si vous voulez me donner votre poste, donnez-le moi librement ». Aujourd’hui, elle bien placée pour être celle qui remplacera le Vice-président sortant. 

Hadejah S. MAIGA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 10/01/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye