Cameroun : La crise « anglophone » a des conséquences économiques

Les troubles socio-politiques qui secouent les régions anglophones du Cameroun affectent son économie. Plusieurs secteurs d’activités tournent au ralenti et petits commerçants comme grands entrepreneurs sont frappés de plein fouet. A Douala, la capitale économique, par exemple, l’activité a été réduite de 75% à la gare routière de Bonabéri, d’où les habitants rallient les villes de la région du Sud-Ouest. « Cette période est très difficile. Les anglophones aussi sont très actifs dans les activités commerciales. Du coup, quand ils ne sont pas là, on est vraiment freiné », explique un commerçant, interrogé par journalducameroun.com. La région anglophone du Sud-Ouest, en contestation contre le pouvoir central depuis plusieurs semaines, est le plus important bassin de production de pétrole et le site privilégié des grandes exploitations agro-industrielles, et les blocus récurrents entravent les échanges commerciaux entre les deux parties du pays. Entre 2011 et 2017, près de 1 500 entreprises ont été créées dans les deux régions anglophones. Leur survie est désormais menacée.

Avec journalducameroun.com

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 24/05/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Plaidoyer pour nos hôpitaux !

Alors que cette semaine nous nous intéressons à la politique des soins gratuits, la mort d’une enseignante à l’hôpital de la commune de Koumassi est venue remett...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité