Cameroun anglophone : Amnesty international sonne l’alerte

Homicides, tortures, destruction de biens et déplacement de grande ampleur, Amnesty International dénonce dans un rapport publié ce 12 juin, les violences perpétrées au Cameroun aussi bien par l’armée que par les séparatistes.

Dans son nouveau rapport intitulé « Une tournure tragique. Violence et atteintes aux droits humains dans les régions anglophones du Cameroun », l’organisation s’inquiète du sort de la population, « prise au piège ». « Les forces de sécurité ont tué aveuglement, arrêté et torturé des personnes lors d’opérations qui ont fait des milliers de déplacés. Cette ration brutale ne peut aucunement endiguer la violence. Il est même probable qu’elle isole davantage la population anglophone et alimente les troubles », a déclaré Samira Daoud, directrice adjointe du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

« Les séparatistes armés, quant à eux, ont tué des dizaines de membres des forces de sécurité. Ils ont aussi mené des attaques destinées à terroriser la population, allant jusqu’à incendier des écoles et à agresser des enseignants qui ne participaient pas au boycott ». Les régions anglophones du Cameroun (Sud-ouest et  Nord-Ouest), représentent environ 20% de la population du pays. La plupart de leurs revendications remontent au début des années 1960, période à laquelle ces régions ont été intégrées à la République du Cameroun, récemment crée et à majorité francophone.

Fatoumata Maguiraga

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel