Tunisie: État d'urgence ou sursis ?

En Tunisie, le Président Béji Caïd Essebsi dit « El Bej » a décidé, le 20 juin, de prolonger pour un mois supplémentaire l’état d’urgence en vigueur depuis le 24 novembre 2015, après l’attentat-suicide contre un bus de la garde présidentielle. C’était la troisième attaque en une an­née, outre celui du musée du Bardo, qui avait tué 59 touristes et un policier, et celui de la plage à Sousse. De l’avis général, l'état d'urgence permettra aux actuels maîtres de la Tunisie d’inter-dire les grèves et les réunions pouvant « provoquer ou entretenir le désordre», de fermer provisoirement « salles de spectacle et débits de boissons », et de contrôler « la presse et des publica­tions de toute nature ». « Mais, à quoi joue El Bej ? », s’interroge-t-on en Tunisie où, pour beaucoup, la menace d’attentats terroristes qui plane sur le pays ne saurait être la seule raison du prolongement de cette mesure d'ex-ception. BCE aurait pris cette décision pour donner un sursis d’un mois à son Premier ministre, Habib Essid, lâché par Ennahda et Nidaa Tounès et qu’il a lui-même désavoué début juin. En situation d’état d’urgence, la Constitu­tion interdit d’attenter à la stabilité du pays et à la continuité des services de l’État.

B.S

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 10/01/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye