IRAK : Offensives victorieuses et blocage politique

En Irak, le gouvernement du Pre-mier ministre, Haïder al-Abadi, est déterminé à repousser Daesh dans ses derniers retranchements. Après la libération de Ramadi et Fallujah, cap sur Mossoul. Mais dans le pays, la situation politique reste tendue avec en toile de fond, la contestation du gouvernement.

Le 23 mai dernier, l'armée irakienne appuyée par les milices chiites et la coalition dirigée par les États-Unis qui mènent des frappes aériennes, lan­çait une offensive pour reprendre Fal-lujah, ville de la grande province d’An Anbar située à 50 km de Bagdad, et contrôlée par l’État islamique (EI) depuis janvier 2014. Après d’intenses combats qui ont jeté sur les routes des milliers de réfugiés, l’EI a essuyé un cuisant revers le 19 juin, avec la perte de la ville. Pour le groupe terroriste, c’est une nouvelle dé­faite après celle de Ramadi en décembre 2015, qui voit rétrécir son « califat » à cheval entre la Syrie et l'Irak. Si la ville n'a pas été entièrement reprise, le drapeau irakien flotte désormais sur le centre et le quartier général du gouvernement. Dès vendredi, le Premier ministre, Haïder al-Abadi, a déclaré que les forces ira­kiennes avaient conquis Fallujah, mettant en fuite les djihadistes qui, aux abois, se sont fondus parmi les populations fuyant les combats qui ont fait 32 000 dépla­cés. À l’en croire, le but recherché est de vaincre Daesh d'ici la fin 2016. D'ail-leurs, après Fallujah, une nouvelle offen-sive a été lancée pour reprendre la pro­vince de Ninive, chef-lieu de Mossoul, la deuxième grande ville d'Irak, également perdue depuis janvier 2014. Pendant ce temps, la situation politique reste tendue à cause de la contestation dirigée par les forces laïques, communistes et jeunes, avec le soutien de la haute autorité chiite. Elle appelle non seulement à la formation d’un gouvernement de technocrates pour remplacer l’actuel, majoritairement com­posé de chiites, et dans lequel toutes les communautés ne sont pas représentées, mais aussi à des réformes anti-corruption. M. Abadi, qui y est favorable, butte sur l’intransigeance des partis politiques. À cela vient s’ajouter la guerre par procu­ration que se livrent l’Arabie Saoudite et l’Iran, par le biais des rivalités entre sun­nites et chiites.

BOUBACAR SANGARE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel