Losseni Bakayoko : Le professionnel du taxi

Losseni Bakayoko croit en la professionnalisation du secteur des transports.

Bakayoko Losseni est ingénieur en Génie logiciel. Après avoir travaillé 12 ans pour le compte de MTN Côte d’Ivoire, il a créé Taxi pro, une entreprise de gestion de taxis-compteurs. Il envisage, dans les années à venir, de desservir l’intérieur du pays et de s’installer dans la sous-région.

Tout est parti de la désorganisation constatée dans les transports et des risques d’insécurité. Des réalités qui font tourner le cerveau de Losseni Bakayoko, qui voit une opportunité d’affaires derrière le besoin de rendre accessible le transport et de gérer des véhicules pour ce faire. Transport des clients, offre de véhicules comme supports de communication, gestion pour des Ivoiriens, des Ivoiriens de la diaspora et des étrangers, l’entreprise « Taxi pro », mise en place depuis trois ans, marche bien et emploie officiellement 75 personnes.

Conquérir la sous-région D’ici la mi-mai 2018, Bakoyoko, 39 ans, espère passer de 55 à 100 véhicules.  « À long terme, nous voulons aller vers d’autres niches que les taxis-compteurs, desservir l’intérieur du pays et, plus tard, l’Afrique de l’Ouest. Nous avons entamé des prospections », nous lance-t-il, avec la ferme conviction que cela est à sa portée. « Le besoin est là ». Ingénieur logiciel, après 12 ans à MTN Côte d’Ivoire, où il a été Connectwork ingénieur, Connectwork supervisor et Connectwork senior manager, son entrée dans le transport n’est pas le fruit du hasard. Les opportunités sont nombreuses et il suffit d’avoir le coup d’œil et le courage de se lancer. « La plus grande difficulté, c’est qu’au-delà des tapages médiatiques autour de l’entreprenariat, il n’y a pas une véritable institution qui finance les jeunes entrepreneurs. Il n’y a pas de banques qui financent les projets. En plus de la compétence, de la formation et de la bonne organisation, l’entrepreneur ne peut rien si les ressources financières ne suivent pas ». Il a rencontré des difficultés parce que « certains acteurs du milieu des transports ne sont pas honnêtes. Il faut ouvrir grands les yeux pour ne pas se faire gruger ».

Adélaïde KONIN

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel