Mission de la CEDEAO : Les parties toujours dos à dos

En vue de désamorcer une éventuelle crise pré ou post-électorale, à l’approche de l’élection présidentielle, une mission de diplomatie préventive a été menée conjointement par la CEDEAO, l’UA et l’ONU à Abidjan.

Une délégation conjointe de diplomatie préventive de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine (UA) et de l’ONU a séjourné du 4 au 6 octobre en Côte d’Ivoire. Conduite par Mme Shirley Ayorkor Botchwey (photo), ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale du Ghana et Présidente du Conseil des ministres de la CEDEAO, cette mission se situait en droite ligne du Protocole de la CEDEAO relatif au Mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité, avec son Protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Rien de neuf De source proche des différents échanges entre cette commission et les partis politiques, l’on note que les positions n’ont pas changé. Côté RHDP, l’on se dit engagé dans l’élan d’une élection apaisée, en rejetant en bloc les accusations de l’opposition de « vouloir semer le chaos », selon Adama Bictogo, Directeur exécutif du RHDP. De son côté, l’opposition, après cette rencontre, n’a en rien changé ses revendications, qui se résument à un report de la date de l’élection, à la recomposition des organes électoraux et au retrait de la candidature du Président Alassane Ouattara. « L’opposition ivoirienne tient à rappeler que si la Communauté internationale veut remettre la Côte d’Ivoire sur les rails de la démocratie que son aide soit franche, sincère et que celle-ci s’inscrive dans le respect de la Charte de l’Union Africaine», a prévenu un communiqué signé de tous les partis membres de l’opposition. En somme, le communiqué de la mission, rendu public le 7 octobre, invite les différentes parties à se préparer pour l’élection présidentielle. Tout en prenant soin d’éviter la question du troisième mandat et du report de l’élection, la mission de la CEDEAO a tablé sur des élections transparentes, ouvertes et apaisées. Une sorte de douche froide pour l’opposition qui voyait en cette mission, un début de pression de la communauté internationale sur le Président de la République Alasane Ouattara. Les parties devraient encore évoluer ainsi dos à dos et dans un bras de fer jusqu’à l’ouverture de la campagne présidentielle, prévue pour le 15 octobre à minuit.

 Yvann AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 22/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité