Sidiki Diakité Nouveau chef de la Sécurité nationale

Arrivé à la tête de l’appareil sécuritaire de la Côte d’Ivoire dans un contexte de tension, Sidiki Diakité fera à coup sur l’objet de toutes les attentions, tant les défis qui l’attendent au ministère de l’Intérieur sont énormes

L’évocation de son nom seul, a priori, ne donne pas une idée de l’envergure de la personnalité. Cela est certainement dû au caractère de l’homme, décrit comme un être affable et discret. Pourtant, le préfet hors hiérarchie Sidiki Diakité a longtemps traîné sa bosse dans l’antichambre du pouvoir, avant de se voir nommer le 19 juillet, à la tête du très stratégique ministère de l’Intérieur et de la Sécurité.

Préfet rebelle Quand la crise post-électorale éclate et que l’administration Gbagbo, pilotée par feu Désiré Tagro, invite tous les membres du corps préfectoral à la soutenir, Sidiki Diakité, en poste à Man après trois années passées à Touba, dans le nord-ouest (2007 - 2010), joue la sourde oreille. Il se rangera, à l’instar de la majorité des membres du corps préfectoral exerçant dans les zones centre, nord et ouest (CNO), du côté de l’administration Ouattara, alors contrainte de vivre dans les quelques mètres carrés de l’hôtel du Golf. La cinquantaine révolue, ce diplômé de l’université de Cocody se mettra ainsi sous des menaces de suspension de salaire et une interdiction tacite de séjour dans le sud du pays, de la part du pouvoir d’Abidjan, encore tenu par le régime de Laurent Gbagbo.

Sans être ébranlé, il prend service à la  préfecture de la région des Montagnes et du département de Man (2010 - 2011), où il se chargera de la coordination du redéploiement du corps préfectoral dans l’ouest ivoirien. Ne reculant devant aucune tâche, Sidiki Diakité troquera sans hésiter sa tenue soignée d’administrateur civil contre un treillis durant les périodes chaudes à Duékoué, d’où il suit de près les missions militaires du Groupement tactique 1, dirigé par le Lieutenant-colonel Losseni Fofana.  Homme de dialogue et conciliateur, il a parcouru les villes de Guiglo, Bloléquin et Duékoué pour sensibiliser les populations sur la nécessité du vivre ensemble.

Poulain de Bakayoko ? Muté à Abidjan dans le courant de l’année 2011, sur proposition du ministre de l’Intérieur d’alors, Hamed Bakayoko, il deviendra Préfet de la région des lagunes, Préfet d’Abidjan. Œil du ministère de l’Intérieur, il travaille en parfaite harmonie avec celui qui se présente aujourd’hui presque comme son parrain. « Dites au nouveau ministre de l’Intérieur de patienter car, après moi, il aura des mots à dire à la presse », avait lancé le désormais ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, à la sortie du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement, le 19 juillet dernier.

 On verra par la suite les deux hommes côte à côte à l’Ecole de police le 21 juillet, au lendemain d’une attaque subie par l’établissement. Sidiki Diakité affirme aujourd’hui placer ses actions sous le sceau de « la continuité de mon prédécesseur » et promet par ailleurs de travailler à « réduire davantage l’indice de sécurité pour l’amener à son taux le plus bas ». Pari difficile à tenir pour un ministre qui arrive dans un contexte où plusieurs attaques armées ont été enregistrées.

                                                                                                                              

                                                                                                                                                         Malick SANGARE

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/01/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

La saison des tangos …

Ils ont tous baissé le ton d’un cran, sans que cela ne soit synonyme d’un abandon des ambitions à quelque deux petites années de l’échéance de 2020...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité