Fonctionnaires : Les points chauds en attente

Malgré la crise sanitaire, les fonctionnaires de Côte d’Ivoire affirment qu’ils tiennent à leurs revendications. Dans une récente sortie, plusieurs leaders syndicaux ont rappelé aux autorités qu’il ne fallait pas oublier les conclusions des dernières négociations.

La Coalition des Syndicats du secteur public de Côte d'Ivoire (CSSP-CI) est sortie de son silence, plusieurs mois après l’avènement de la pandémie à coronavirus. Et, pour son porte-parole Pacôme Attaby, il s’agissait tout d’abord d’exposer les problèmes des fonctionnaires en cette période difficile. Pour ceux qui l’ignorent, la CSSP-CI comprend, entre autres, les travailleurs du ministère des Eaux et forêts, ceux du Trésor public, les fonctionnaires du ministère de l’Agriculture et des ressources animales et halieutiques, les cadres supérieurs de la Santé, les enseignants. Des fonctionnaires qui ont rompu avec la Plateforme nationale des services publics de Côte d'Ivoire, dirigée par Théodore Gnana Zadi, et l'Intersyndicale des fonctionnaires de Côte d'Ivoire (IFCI), de Jean-Yves Abonga, pendant la trêve sociale. Alors que la crise sanitaire s’étend, les fonctionnaires, à les entendre, n’ont pas oublié leurs vieilles revendications. Il s’agit, pour les principaux points, de la suppression de l’impôt sur le salaire, de la revalorisation de l’indemnité de logement, de la spécification pour les cadres supérieurs de la Santé et de la revalorisation de l’indice référentiel de base.

CMU « Au terme des négociations, nous avions remis nos conclusions aux autorités. Le Premier ministre devait les analyser et prendre des mesures. Malheureusement, il nous a quittés. Paix à son âme, car c’était un grand homme. Mais nous demandons que les autorités sortent ce dossier des tiroirs », dit Pacôme Attaby. À côté de cela, il demande également le désarrimage de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l'État de Côte d'Ivoire (Mugefci) de la Couverture maladie universelle (CMU). Des positions soutenues par Gnagna Zadi Théodore. « Le syndicaliste est un chasseur patient, qui attend le bon moment. Le 1er mai, nous avons transmis au gouvernent nos revendications. Le point le plus important, c’est l’instauration d’un 13ème mois pour les fonctionnaires. Nous demandons également au gouvernement de prendre des mesures pour arrêter la progression de la pandémie. Ne donnons pas raison à ceux qui avaient dit qu’en Afrique la maladie allait faire plus de victimes qu’ailleurs », affirme le Président de la Plateforme nationale. Pour lui comme pour Pacôme Attaby, il faut aussi que les autorités prennent des dispositions pour annuler les factures d’eau et d’électricité reportées.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité