Filières prisées : à la recherche du meilleur salaire

Être orienté dans une filière de choix n’est pas toujours gagné d’avance.

Dans quelques jours, l’enseignement secondaire général donnera le top départ d’une nouvelle année de formation. En point de mire, le choix d’une orientation donnant des chances de décrocher un emploi juteux.

À la croisée des chemins ouvrant sur les études dans le supérieur, très peu sont les nouveaux bacheliers qui savent exactement quelle orientation choisir. Toutefois, à en croire Mme Félicienne Kessé de l’ONG « Grandes-ecoles. net », spécialisée dans les orientations scolaires, « les filières censées assurer un revenu mensuel confortable sont de plus en plus demandées ». Les sciences économiques et juridiques ont donc la préférence des bacheliers visant les universités publiques, car elles sont un tremplin pour l’École nationale d’administration (ENA) et ses différentes filières (trésor, douanes, finances générales). Dans les écoles privées, la comptabilité, la gestion commerciale et l’informatique de gestion s’imposent. Ce que confirme le Pr. Emmanuel Crézoit, directeur général de l’Enseignement supérieur, qui mentionne aussi les études en médecine. Mais « cette tendance ne cadre pas avec l’employabilité, aptitude à évoluer sur le marché de l’emploi», souligne t-il. À cet effet, la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), le ministère en charge de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle d’alors, et ceux de tous les ordres d’enseignement ont, au cours des travaux des comités nationaux de branches professionnelles au mois de mars 2015, répertorié treize branches professionnelles. Au nombre de celles-ci, l’agriculture, le bois, les ressources animales et halieutiques, la banque et l’assurance, le Bâtiment et travaux publics (BTP), l’industrie mécanique et électrique, etc. Mais aussi l’hôtellerie, la restauration, le tourisme, et la répara- tion automobile. C’est donc sur cette base que la commission d’orientation post-bac siège, assure le directeur général de l’enseignement supérieur. Ainsi, pour donner suite au premier choix du nouveau bachelier, la moyenne d’au moins 12 au baccalauréat est exigée. En cas de défaillance, l’option est donnée au second choix. À défaut, le profil (type de mention obtenue, retard à l’obtention du bac, sexe, origine sociale) aide à faire des propositions au nouveau bachelier, au regard de son potentiel à réussir des études données.

Benoît Tanoh

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité