Marathon international d’Abidjan : Vers l’intégration au calendrier mondial

Victor Yapobi se dit sur la bonne voie pour inscrire le marathon international d’Abidjan au calendrier des marathons internationaux

La 3ème édition du Marathon international d’Abidjan se tiendra le mercredi 15 novembre. C’est un évènement cher à son Président, Victor Yapobi, qui souhaite l’inscrire au calendrier des marathons internationaux. Votre ambition est d’inscrire le Marathon international d’Abidjan au calendrier mondial des grands marathons. Quels en sont les critères ?

Nous avons signé un protocole d’accord sur trois ans avec la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA) afin pour que ce marathon puisse avoir la renommée que nous souhaitons et répondre aux standards. C’est donc la FIA qui va introduire notre dossier au niveau des instances africaines et internationales et qui le suivre afin d’obtenir une homologation sur le calendrier des marathons internationaux en 2018. Nous avons fourni toute la documentation nécessaire, notamment la protection de la marque et la pérennisation de la date. Concernant le parcours lui-même, il a été validé par l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF). Au niveau des circuits, nous avons mis tout en œuvre pour la réussite de l’évènement en faisant appel aux forces de l’ordre pour la sécurité et, sur le plan sanitaire, nous avons sept ambulances. Je pense que tous ces critères et une bonne organisation permettront d’avoir un bon dossier et de réaliser ce rêve.

Plus concrètement, qu’est-ce que cela représentera pour la Côte d’Ivoire ?

Ce marathon sera d’une plus grande envergure, aussi important que ceux de Paris et de New-York. Cela donne une bonne image au pays et permet d’avoir plus de notoriété et de nombreux sponsors.

Pour cette édition, vous avez intégré les dossards à puces et choisi de faire payer les concurrents…

C’est un critère pour être inscrit au calendrier des marathons internationaux. Les dossards à puces pour le 42 et le 21 km donneront exactement le temps réalisé par chacun des athlètes. Cette technologie particulière permet une lecture des temps directement à l’arrivée. Pour ce qui est de l’aspect payant, nous étions le seul marathon au monde qui était gratuit. A Accra (Ghana), il faut débourser plus de 30 000 francs CFA pour participer. Ici, nous démarrons avec 10 000 francs CFA pour le 42 km, 5 000 pour le 21 km et 2 000 pour le 10 km. Le 3 km, quant à lui, reste gratuit.

Propos recueillis par Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité