Challenger Race 2017 : 300 coureurs à l’assaut de la forêt du Banco

Il faudra dépenser beaucoup d’énergie et faire appel à l’endurance pour franchir tous les obstacles posés dans la forêt du Banco.

Le dimanche 17 décembre, la course quitte la ville pour investir le cadre sauvage de la forêt. Et c’est la forêt du Banco qui servira de théâtre au « Challenger Race 2017 ».

Quand la course quitte les pistes d’athlétisme ou les rues de la capitale économique pour se déporter dans un cadre sauvage, il est clair que l’enjeu est plus grand. Après la première édition de mars dernier à la station balnéaire d’Assinie, qui a connu un franc succès, « Olympia » et « CrossFit Overdose », les structures organisatrices du « Challenger Race » ont décidé d’investir la forêt du Banco (3 474 hectares) pour la deuxième, pour finir 2017 en beauté. Cette course en plein cœur de la forêt demandera un vrai dépassement de soi et beaucoup d’énergie à ses concurrents.

Défi personnel « Avant tout, le Challenger Race est évènement fédérateur, au-delà du défi sportif qu’il comporte », explique Heli Magrace, de « Olympia ». La course, dont les départs se feront par vagues successives tous les quarts d’heure, s’étendra sur un parcours de 14 km environ dans la forêt du Banco. Les coureurs devront franchir au total 25 obstacles, passages dans l’eau et dans la boue, montées à la corde, franchissements de murs en bois, ports de seaux de gravier et de troncs d’arbres, parcours sous des barbelés … L’environnement sauvage de la forêt imposera son diktat dans cette course et l’objectif pour chaque challenger sera de finir l’épreuve, d’aller au bout de soi-même et d’être fier de ses performances. « 300 challengers se sont inscrits pour cette deuxième édition. Chacun abordera le parcours en fonction de son niveau physique et de son âge », indique Heli Magrace, avant de préciser que la course est accessible à tous les hommes et femmes de plus de 15 ans). L’entraide sera autorisée au cours de la course, l’essentiel étant de créer une véritable dynamique de groupe, afin de pousser les compétiteurs à persévérer dans l’effort. « Ils devront privilégier les vêtements en matériaux synthétiques plutôt qu’en coton, car le coton s’imbibera d’eau et sera très lourd », conseillent les organisateurs. Un podium récompensera les trois meilleurs pour chaque sexe. Ils recevront chacun une médaille pour leur mérite et de nombreux autres lots pour célébrer leur courage.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/04/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Libérez la parole !

Libérez la parole ! La parole libère, dit l’adage, et, de plus en plus, les Ivoiriens la demandent. Non pas seulement sur les réseaux sociaux ou dans les bureaux et ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité