Taekwondo : CNO et FITDK fument le calumet de la paix | Journal d'Abidjan

Taekwondo : CNO et FITDK fument le calumet de la paix

Le conflit opposant depuis 2017 la Fdration ivoirienne de taekwondo (FITDK) et le Comit national olympique (CNO - CIV) semble avoir trouv une issue heureuse, grce lentremise du ministre des Sports et Loisirs.

Allons-nous vers la fin de la crise du taekwondo ivoirien ? On peut répondre par l’affirmative au vu des résultats positifs produits par le ministre des Sports et des Loisirs, François Amichia. La Fédération ivoirienne de taekwondo (FITDK), présidée par Me Cheick Daniel Bamba, et le Comité national olympique (CNO - CIV), dirigé par le Général Lassana Palenfo, ont décidé d’enterrer la hache de guerre, et désormais de regarder dans la même direction pour l’évolution de la seule discipline à avoir offert deux médailles olympiques à la Côte d’Ivoire.

 

Ouf de soulagement Cette crise, qui durait depuis 2017 et gangrenait le taekwondo, est née de la réélection en 2016 du Président Cheick Daniel Bamba. Le CNO - CIV, au-delà de ses prérogatives, décidait de suspendre cette présidence et de mettre en place un comité ad’hoc. Les nombreuses tentatives, nationales comme  internationales, de médiation étaient restées sans suite. Le grand maitre Kim Young Tae, lors de son séjour à Abidjan il y a quelques mois pour l’inauguration du siège de la Fondation SIACADO, avait sollicité l’intervention du ministre des Sports pour mettre fin à un conflit qui n’honorait pas la Côte d’Ivoire. Finalement, depuis le 23 mai, cette agitation est un lointain souvenir, grâce aux neuf points de résolution mentionnés dans un document. Le CNO - CIV et les parties dissidentes disent « s’engager à laisser Maître Cheick Daniel Bamba terminer son mandat », mais celui-ci « ne devra plus se représenter », mentionne le texte, qui prononce également la dissolution du comité ad’hoc. Si les deux parties sont signataires de cet accord rendu public, la FITDK a exprimé quelques regrets, notamment l’interdiction faite au Président Cheick Daniel Bamba de se présenter une nouvelle fois à la présidence de la fédération, « interdiction qui consacrerait une indignité qui frapperait un citoyen ivoirien à qui aucune faute n’est imputable, contrariant ainsi ses droits constitutionnels et donnant le sentiment que son maintien à la tête de la FITKD n’est qu’une tolérance concédée pour la paix entre le CNO - CIV et la FITKD », déplore-t-elle

 

Anthony NIAMKE

 

 

LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 09/08/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle gnration

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité