Roller : une discipline qui cherche un tremplin

Les rollers ivoiriens en quête d’un espace d’entrainement plus adéquat.

À la fin octobre, se tiendra une compétition de roller à Abidjan. Celle-ci verra la participation de plusieurs équipes de la capitale économique et de l’intérieur. Enjeu : faire la promotion de cette discipline encore peu connue.

Tous les week-ends, au « Grand carrefour » de Koumassi, règne une ambiance sportive très par- ticulière. L’équipe « Koumassi Rollers Club » (KRC), du président Paulin Kiendrebeogo, s’y retrouve pour des séances d’entraînement sous les regards admiratifs des spectateurs. Les patineurs s’adonnent à des démonstrations de sauts, slaloms, et figures libres. Autant de séquences exécutées sans protection, qui finissent par arracher les applaudissements.

Sport d’extrême
Affilié à la Fédération ivoirienne de patins et de sports de glisse, dirigée par Pierre Kacou Claver, le roller est un sport qui, tant bien que mal, cherche à se faire une place. Si certains estiment que sa pratique comporte des risques d’accident, il n’en demeure pas moins que le roller est aussi ludique et éducatif, assure Paulin. Les pratiquants de ce sport peuvent exécuter le « Slalom free-style », sur une surface plane avec deux rangées de 20 ou 14 plots, ou le « Slalom vitesse », au cours duquel deux patineurs doivent s’affronter, le vainqueur étant le plus rapide, tout en évitant les plots. Il y a également « le High jump », qui se pratique en détente sèche, en sautant au dessus d’une corde tendue sur le parcours. Pour « le Saut figure », le patineur utilise un tremplin lui permettant de se propulser en l’air, afin de réaliser des figures acrobatiques. Seule la bonne réception compte.

Manque de financement
Selon Paulin Kiendrebeogo, président du KRC, aucun des 14 clubs de roller que compte cette discipline ne reçoit de soutien financier. Ni de la fédération, ni du ministère de tutelle. À cela s’ajoute le manque crucial d’infrastructures adéquates permettant de vulgariser ce sport, qui compte environ 500 pratiquants. Bien que livrées à elles-mêmes, les équipes arrivent à glaner des trophées à l’international. En témoignent les 5 médailles d’argent et 3 de bronze décrochées par le KRC aux « J-Rollers Africa Games » de Dakar, en 2015, qui ont permis à la Côte d’Ivoire d’occuper le 3ème rang au classement général des nations.

Anthony NIAMKÉ

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel