Paiements électroniques : L’Afrique de l’Ouest lance un nouvel agenda

Le paiement électronique stimule la production et la consommation à l’échelle nationale. Et l’Afrique de l’ouest compte se lancer dans cette numérisation des transactions.

Si recevoir un salaire est souvent synonyme de cotisations à une assurance maladie, à l’échelle mondiale, au moins 61% des travailleurs sont dans l’informel, sans aucune assurance adéquate, d’après l’Organisation internationale du travail (OIT). En effet, en fonction des pays, il n’existe pas toujours d’obligation légale pour que les employeurs cotisent à une quelconque assurance pour leurs travailleurs informels - non salariés - une situation dont les femmes souffrent plus que les hommes.

Couverture maladie étendue En Afrique de l’ouest, généralement, 9 travailleurs sur 10 sont payés en espèces et exclus de toute assurance maladie. Ce sont surtout des salariés temporaires. Cette situation offre de réelles opportunités d’innovation financière et d’inclusion sociale, selon les chiffres officiels de l’OIT. Si 81% des entreprises africaines ont moins de 20 salariés, elles emploient en moyenne des centaines, voire des milliers, de travailleurs temporaires dans leurs chaînes d’approvisionnements. Les salariés sont généralement bancarisés, mais 93% des contrats précaires sont payés en espèces. Ce sont ces derniers qui sont systématiquement exclus du système de santé formel.

Trois obstacles ont limité la numérisation des paiements en Afrique : la taille du secteur informel, pouvant atteindre 90% de l’économie, le taux d’inclusion financière historiquement faible et, surtout, le fait que 21% des travailleurs africains touchent une paie qui les maintient sous le seuil de pauvreté. Tout cela a fortement évolué. L’inclusion financière a bondi depuis 2010, avec l’arrivée des émetteurs de monnaies électroniques et des fintech. Pour les employeurs, les avantages sont d’éviter les contraintes relatives à la gestion de quantités importantes de cash ainsi que toutes les dérives qui peuvent se greffer à sa distribution. De plus, cela permet d’offrir aux employés concernés des outils adaptés à leur situation financière et familiale, ce qui ne peut qu’avoir des répercussions positives sur leurs vies personnelle et professionnelle.  Les innovations de l’UEMOA devraient continuer à inspirer le reste de l’Afrique. Depuis 2012, elle est la locomotive du continent en matière de croissance et de stabilité économique. Les exemples du Sénégal et de ses voisins renforcent l’agenda global (https://bit.ly/3v7Q62t) de l’OIT, qui pourrait bien faire des paiements électroniques des travailleurs un nouveau standard mondial pour la promotion du travail décent.

Yvan AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/06/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité