Pr. Joseph Vincent Ntuda Ebodé: ''La piraterie maritime est une menace pour la stabilité politique''

Le coordonnateur du Centre de recherches et d'études politiques et géostratégiques de l'université de Yaoundé II au Cameroun évoque le sujet

 

La piraterie maritime « a déjà entraîné une forte diminution de la fréquentation des ports de la zone », a précisé l'universitaire camerounais lors d'un symposium international tenu en prélude au sommet des chefs d'Etat et de gouvernements de l'Afrique centrale et de l'Ouest sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée ouvert lundi dans la capitale camerounaise. De surcroît, note Pr. Ntuda Ebodé, la piraterie maritime induit une augmentation des primes d'assurances des cargaisons, ainsi que des coûts supplémentaires pour les transporteurs obligés de s'attacher les services des sociétés de sécurité ou liés aux itinéraires rallongés pour échapper aux pirates et au versement de rançons.
Mais il n'y a pas que l'économie des pays pour pâtir de la piraterie maritime, qui impacte aussi sur leur stabilité politique. En raison de l'incapacité à contrôler leurs eaux territoriales ou à circonscrire l'activité de groupes rebelles en quête d'argent pour s'équiper et pouvoir faire entendre leurs revendications politiques, certains Etats sombrent dans une instabilité politique. Le cas le plus emblématique est celui du Mouvement pour la libération du Delta du Niger, qui multiplie attaques et enlèvements de personnes pour faire pression sur les groupes pétroliers et le gouvernement nigérian. Productrice de près de 40 % du pétrole consommé en Europe et 29 % de la consommation des Etats-Unis, la région du golfe de Guinée est propice aux luttes d' «intérêt croissant des consommateurs internationaux, aux antagonismes étatiques et aux menées contestataires des populations riveraines»,estime Pr. Saibou Issa, autre universitaire camerounais. Ce qui, observe Pr. Ntuda Ebodé, conduit à une forte militarisation de la région par les forces étrangères, notamment des Etats-Unis qui ont signé des accords avec le Cameroun, le Gabon et la Guinée équatoriale en vue d'une utilisation ponctuelle de leurs installations aéroportuaires par les forces américaines.
L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité