Elmine KouyatÚ : Championne des champignonsá

Elmine KouyatÚ fait la promotion de lĺagriculture ź zÚro dÚforestation ╗ avec la culture hors sol. Elle est la fondatrice dĺAxxiom, entreprise spÚcialisÚe dans la production de champignons.

Mariée et mère de 4 enfants, Elmine est diplômée de la faculté de Pharmacie de Montpellier en sécurité sanitaire des aliments. Elle construit des champignonnières et produit et commercialise des champignons pleurotes cultivés hors sol depuis 2012.

Débuts difficiles Ayant débuté en 2001 avec une savonnerie et une raffinerie, Elmine s’est tournée ensuite vers la valorisation des déchets. Elle a séduit la multinationale agroalimentaire Nestlé avec un projet utilisant des épluchures de manioc et des déchets verts pour une politique « zéro déchet à la décharge ». Malheureusement, le projet, dans lequel elle avait investi toutes ses économies, ne connaitra pas de début de réalisation. « Je me suis retrouvée au chômage dans ma propre entreprise », lance-t-elle avec le sourire aujourd’hui. Battante, elle réoriente ses ambitions, tout en s’accordant un temps pour les études. Elle postule aux Awards Africa SME champions d’AGF en 2016 avec un projet de valorisation des déchets en compost puis fait pousser des champignons avec des associations féminines. Elle décroche le prix de la Best start-up et 15 000 dollars. Lancé en 2015, Axxiom (du terme mathématique axiome, l’évidence prouvée) enchaine les succès. Dans un premier temps, Mme Kouyaté encadre des groupements de femmes. Six mois après commencent les premières récoltes, suivies de la mise en place de fermes de 600 mètres carrés avec treize employés. Avec une expérience de 10 ans en tant que commerciale en France, Elmine n’a pas de difficulté à écouler ses produits. Aujourd’hui, elle compte 200 clients, grandes surfaces et particuliers. Bénéficiant du coaching de Mariam Dao Gabala grâce au prix Pierre Castel de Solibra en 2018, la directrice d’Axxiom est sélectionnée par l’ASCA pour un  programme de la BAD (AFAWA) visant à booster 1 000 femmes en Afrique. Son challenge est désormais d’avoir sa ligne de production et une entreprise familiale prospère. Ce qui l’a poussée à initier ses enfants à son métier. « L’agriculture ne devient rentable que lorsqu’on l’industrialise ».

Marie-Brigitte Komondi

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur Ó la banalisation

La C˘te dĺivoire compte aujourdĺhui prŔs de 20 000 cas confirmÚs de Covid-19, 18 000 malades guÚris et moins de 120 dÚcŔs. Avec un taux de lÚtalitÚ de 0,6% et un taux de guÚrison de 92%, la pandÚmie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité