Patrimoine culturel immatériel : La Côte d’Ivoire fait son inventaire

L’inscription du Zaouli au patrimoine culturel immatériel de l’humanité pourrait être bénéfique pour la promotion de la culture ivoirienne.

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel de Côte d’Ivoire est une volonté de l’Unesco de sauvegarder ses richesses. Mis en œuvre depuis 2015, ce projet devrait arriver à son terme en décembre 2018.

Avec les différentes crises militaro-politiques qu’a connues la Côte d’Ivoire entre 1999 et 2011, le processus engagé par la Côte d’Ivoire en vue d’identifier les éléments de son patrimoine culturel immatériel a connu un arrêt majeur, la perte de certaines valeurs et la dénaturation de certains éléments, les vidant de leurs valeurs et fonctions sociales traditionnelles. Le projet de sauvegarde du patrimoine immatériel entrepris par l’Unesco prend sa source dans la « Convention 2003 » adoptée lors de la Conférence générale du 17 octobre 2003, lors de la 32ème session. 175 États, dont la Côte d’Ivoire, ont ratifié cette convention le 13 juillet 2006, pour sauvegarder, respecter et promouvoir les pratiques culturelles et sociales, connaissances et savoir-faire importants pour l’individu et la communauté.

Deux inscriptions déjà actées « Selon la Convention 2003, en son Article 2, on entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire, ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés, que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel », explique à JDA la spécialiste programme culture du Bureau de l’Unesco à Abidjan, Maïmouna Camara. La Côte d’Ivoire, à travers son ministère de la Culture et de la Francophonie, a introduit une demande d’assistance auprès de l’Unesco et obtenu un appui financier de 149,9 millions de francs CFA en 2015. « Depuis, sous la coordination de la Direction du Patrimoine Culturel (DPC), la Directrice de ce département travaille en synergie avec une équipe de coordination nationale pour l’implémentation du projet, qui prendra fin en décembre 2018 », indique Mme Camara, précisant que le projet couvre l’ensemble du territoire national, découpé en 32 régions administratives et 4 aires culturelles représentant les réalités socioculturelles et linguistiques de la Côte d’Ivoire (Gur, Mandé, Krou et Akan). La Côte d’Ivoire a proposé depuis 2016 la candidature du « Zaouli », musique et danse populaire des communautés Gouro, pour son inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et le processus est en cours. L’inventaire a permis l’inscription depuis 2008 de deux éléments sur cette liste, le « Gbofe d’Afounkaha », musique des trompes traversières de la communauté Tagbana et les « Pratiques et expressions culturelles liées au balafon » des communautés sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 06/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité