Traditions : l'enfance au secours de la culture | Journal d'Abidjan

Traditions : l'enfance au secours de la culture

Intgrer la tradition dans lducation, pour renforcer lidentit culturelle.

La place de la tradition dans lducation de nos enfants , tel sera le thme du Salon de la petite enfance prvu du 3 au 4 dcembre 2016 Abidjan. Une occasion pour les organisateurs de montrer quon peut encore sauver les meubles.

Aujourd’hui, les enfants sont moins enseignés sur leurs origines et cultures. Beaucoup ne savent pas quels sont les axes importants de leurs différents villages, les fêtes et initiations », indique Sandrine Roland, initiatrice de ce salon, dont l’objectif est de donner l’occasion aux jeunes générations de pouvoir allier tradition et modernité en un seul être. Une posture qui devrait leur permettre de suivre l’évolution qu’impose la mondialisa- tion, sans toutefois perdre leur identité. « S’ouvrir aux cultures et mœurs internationales, d’accord, mais ne pas oublier que nous avons une richesse chez nous en Afrique, et que cette richesse c’est notre culture, nos traditions, nos principes », affirme Mme Roland. Pour l’initiatrice du Salon de la petite enfance, la situation est préoccupante, mais pas désespérée, face à la perte des valeurs morales prônées par la tradition, au profit du sexe, de la drogue et de l’alcool qui fragilisent chaque jour la jeunesse ivoirienne. Sans oublier le phénomène des enfants « microbes ».

Langues maternelles

Allier tradition et modernité est encore possible pour sauver, non seulement l’identité culturelle, mais également apporter un équilibre dans la société d’aujourd’hui. Ainsi, selon Mme Roland, l’instauration des langues maternelles dans les écoles, les séances de formation, de coaching, soutenues par les ministères de la Culture et de l’Éducation nationale, pourraient améliorer les choses. Une idée qui conforte le président de l’Académie ivoirienne des langues maternelles (AILM), Adoua Kouassi, qui à travers son projet de création d’établissements appelés « Écoles Brapa », bon comportement en langue Abron, s’engage, lui également, pour la promotion et la vulgarisation des langues maternelles et la richesse culturelle des peuples de Côte d’Ivoire. Selon lui, la réalisation de son projet profitera à la Côte d’Ivoire, tout en permettant l’épanouissement des différentes cultures de ce pays et en contribuant à l’effort de cohésion sociale et nationale.

AntHony NIAMKÉ

LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/08/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle gnration

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité