Bushman Film Festival 2017 : Le smartphone révolutionne le cinéma africain

Le “Bushman Film Festival” se veut le révélateur d’une autre façon de faire du cinéma.

Le « Bushman Film Festival 2017 » est un festival de courts métrages réalisés avec des smartphones. Une première en Afrique pour les amateurs de cinéma, à découvrir à Abidjan du 26 au 29 octobre prochain.

Un festival faisant la promotion de courts métrages réalisés avec des téléphones de dernière génération, communément appelés smartphones, est quelque chose d’original, et surtout d’inédit, en Afrique en général et en particulier en Côte d’Ivoire. Le « Bushman Film Festival » (BFF), édition 2017, premier du genre sur le continent, mettra en compétition des films de 10 minutes maximum, ainsi que des longs métrages, classés dans la catégorie « Monde », en provenance d’autres pays. Cette belle rencontre cinématographique a pour objectif de rendre plus accessible à tous le 7è art, tout en encourageant la jeune génération à la création artistique.
Idée originale Le « Bushman Film Festival est un concept novateur, et surtout visionnaire, qui permettra un usage inédit du téléphone portable. C’est aussi celui d’un cinéma plus accessible, faisant la promotion de la création artistique pour les petites bourses en fédérant le continent autour du talent », explique le parrain de l'évènement, Philipe Lacôte, par ailleurs réalisateur franco-ivoirien du film « Run », présenté au Festival de Cannes en 2014. Au cours de ces quatre jours de cinéma qui se dérouleront au « Bushman Café », dans le quartier de la Riviera, commune de Cocody, ce sont 100 films par jour, en français ou en anglais, qui seront projetés en continu pour le plus grand bonheur des cinéphiles. En soirée, quatre heures de cinéma « Made in Africa », suivies d’ateliers et de conférences. Selon les organisateurs, plus de 800 films, en provenance du monde entier, ont été déjà reçus. Un jury, composé de professionnels de l’image et de représentants d’associations de défense des droits de l’homme, aura la lourde tâche de désigner les trois meilleures productions cinématographiques dans les catégories « Court métrage libre » et « Droits de l’Homme et Monde ». Les vainqueurs recevront un trophée, dénommé « Mobile Djéli », qui a pour signification en langue malinké « Griot mobile », en plus d’une enveloppe de 1,5 million de francs CFA (3000 dollars). « Cet évènement devrait donc booster et encourager les futurs jeunes réalisateurs africains et ceux qui s’intéressent aux métiers de la caméra », estime le parrain du « Bushman Film Festival ». La révolution du 7è art en Afrique passera donc par la ville d’Abidjan, devenue désormais une plaque tournante du cinéma.
Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité