Ballet national : Georges Momboye relance la machine

Promouvoir les valeurs et la richesse culturelle et artistique de la Côte d’Ivoire dans tout son éclat à travers le monde entier, tel est l’objectif que s’est assigné le Ballet national et le Cirque dont le début des activités est prévu pour le 15 décembre prochain.

L’idée de la création du Ballet national émerge en 1969 après la brillante prestation des Compagnons d’Akati de Kourouna Moussa, à la première édition du Festival panafricain d’Alger la même année. Ce sera chose faite dès 1974. Disparu des scènes depuis plus d’une quinzaine d’année, le Ballet national de Côte d’Ivoire, à 44 ans d’existence, veut renaitre de ses cendres et briller à nouveau aux yeux des amoureux de l’art. Le Ballet national de Côte d’Ivoire regroupe en son sein les meilleurs artistes danseurs, chanteurs, percussionnistes issus de toutes les régions du pays et son directeur, le chorégraphe de renommée internationale, Georges Momboye, souhaite booster les arts du spectacle et repositionner la Côte d’Ivoire sur l’échiquier culturel mondial. Ainsi, à partir du 15 décembre prochain, les Ivoiriens pourront renouer avec ce Ballet national qui offrira des danses et des fresques artistiques pour annoncer leur grand retour sur la scène.

Ressusciter  C’est le Palais de la culture de Treichville qui donnera le top départ des activités du Ballet national ainsi que du cirque. « Nous allons présenter ‘’Les merveilles de la Côte d’Ivoire’’, qui est une nouvelle création artistique. C’est un voyage de rêve qui laisse entrevoir les richesses culturelles artistiques et l’unité des peuples ivoiriens. Les spectateurs pourront apprécier à travers une belle mise en scène, des chorégraphies époustouflantes interprétées par des artistes talentueux », explique à JDA, le directeur du Ballet national, Georges Momboye, rassurant que cette création artistique va transformer et captiver l’imagination grâce à des prouesses acrobatiques, de superbes chorégraphies, une musique envoûtante et des artistes fantastiques. « Nous entendons participer à l’enrichissement réciproque des arts du cirque et du Ballet national, créer un cadre de rencontres et d’échanges entre les professionnel de l’art, harmoniser la tradition et la modernité à travers des spectacles, mettre en lumière les talents artistiques des jeunes et éveiller l’esprit de créativité auprès de la nouvelle génération », confie-t-il. Pour ce qui est du cirque, il sera, en plus d’une compagnie de spectacle, une école de recherche de formation, de création en perpétuelle progression, une vitrine et un réservoir de talents pouvant servir les plus grands spectacles mondiaux tels que le «Cirque Afrika Afrika», le «Cirque du Soleil» ou encore le «Universal Soul Circus».

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 06/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité