3 questions à Patrick Guitey, journaliste et consultant sportif

Quelles sont les chances de Jacques Anoma dans cette élection à la tête de la CAF ?

C'est un Jacques Anouma qui depuis sa dernière tentative a perdu du terrain, surtout en Afrique Australe. La zone UFOA, qui aurait dû être une base forte, est divisée. Par rapport aux précédentes années, je trouve que Jacques Anouma n'est plus aussi légitime et populaire aux yeux de la majorité des dirigeants africains.

En tant que proche collaborateur du Président sortant Ahmad Ahmad, pensez-vous qu’il l’ait trahi, comme le disent certains ?

Être proche de quelqu'un ne vous retire pas vos ambitions. Sinon, c'est Ahmad qui aurait trahi Anoma, poignardé par l'amendement Raouaraoua sous les yeux des dirigeants du football africain, dont le Malgache. Non, pour moi il n'y a aucune trahison. D'ailleurs, Danny Jordaan, qui propose Patrice Motsepe, est membre du Comité exécutif d'Ahmad. Tout comme Ahmed Yahya, également candidat. Il faut peut-être penser que le Président sortant n'est plus l'homme de la situation.

Sa gestion du football ivoirien par le passé est-elle suffisante pour gérer le football africain ?

Jacques Anoma n'a pas fait que gérer la FIF, il a été également été Président de l'UFOA et membre du Comité exécutif de la FIFA. Il a donc une belle expérience, ce qui lui permet de prétendre au fauteuil de Président de la CAF. Mais, entre y prétendre et y accéder, il y a une campagne à mener.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 26/11/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Le « New deal »

Le « New deal »

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a une nouvelle fois plaidé mardi pour un « New deal » au niveau international et un nouveau co...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité