Ligue 1 : Blocage du processus électoral

L’ouverture du championnat de football de Ligue 1 cuvée 2020-2021 devait se faire le 17 octobre dernier, avec la finale de la Supercoupe Félix Houphouët-Boigny. Mais jusque-là, il n’en est rien et la Fédération ivoirienne de football (FIF) est toujours impuissante face au blocage du processus électoral en son sein, qui conditionne la reprise du championnat.

Racing club d’Abidjan (RCA) - FC San-Pedro, c’était l’affiche de la finale de la Supercoupe Félix Houphouët-Boigny, qui devait se tenir le samedi 17 octobre dernier. Cette rencontre devait servir de rampe de lancement de la saison 2020-2021 de la Ligue 1 ivoirienne de football. Finalement, le démarrage du championnat a été reporté à une date ultérieure. Nul ne sait quand exactement. Même pas la Fédération ivoirienne de football (FIF), qui depuis plusieurs mois est confrontée à un véritable blocage de son processus électoral. Pour l’heure, aucune perspective de dénouement de ce nœud gordien n’est envisageable et les acteurs du football local continuent de croiser les doigts, en espérant un changement favorable de situation.

Complexité Le processus de l'élection du Président de la FIF est bloqué depuis le 12 août dernier, en raison des divergences notables entre les membres de la Commission électorale de cette institution sur l'éligibilité des candidats. Et même l’institution d’une Commission FIFA - CAF pour entendre les parties prenantes au processus électoral devant conduire à l’élection du nouvel homme fort du football ivoirien connaît elle aussi un arrêt depuis un moment. Une situation qui a amené le Président actuel de la FIF, Sidy Diallo, a de nouveau saisir la FIFA pour lui demander de mettre fin à cet imbroglio. Si la première audition des acteurs de ce processus avait suscité beaucoup d’espoirs, la FIFA est restée muette comme une carpe et n’a plus donné de nouvelles. Dans un courrier adressé à l’instance mondiale du football, le Président Sidy Diallo n’avait pas manqué de rappeler les conséquences de cette situation sur le football ivoirien, avec de nombreuses perturbations dans l’organisation des compétitions et la préparation des footballeurs. « (…) Cette situation a conduit à la suspension des entrainements des clubs, dans l’attente de la levée de la suspension du processus électoral », précise le courrier, dont JDA a obtenu copie. Depuis le 27 août dernier, la FIFA a demandé l’arrêt du processus électoral afin, selon elle, de mieux s’imprégner des réalités sur le terrain. « Si cela persiste, la FIFA pourrait mettre en place un Comité de normalisation qui sera en charge de gérer les affaires courantes de la Fédération et organiser des élections transparentes dans le délai qu’elle aura choisi », commente un observateur du football ivoirien.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI