Trois questions à Dr. Paul-Hervé Agoubli, enseignant-chercheur, co-auteur de l'ouvrage « Les réseaux sociaux en ligne, problématiques des nouvelles transparences »

Moyens d’expression à grandes échelles, les réseaux sociaux n’échappent plus à l’œil de la justice.

Peut-on tout faire sur les réseaux sociaux?

Bien sûr que non. Si on peut dénoncer, on ne peut pas diffamer. Si on peut compatir devant des tragédies, on ne peut pas se substituer à la police et à la justice, etc.

Peut-on au stade actuel, exercer un contrôle sur ces réseaux ?

Pour les experts français, la société de l'information induit une idéologie nouvelle, différente des logiques du marxisme et du libéralisme. Ils prévoyaient qu'elle serait (la société de l'information) une société désarticulée, avec moult conflits, non plus centrés mais désormais décentrés, dans laquelle plus les gens feraient l'histoire moins ils sauraient quelle histoire ils façonnent.

Est-ce que la justice restreint les libertés en la matière ?

Les libertés qui seraient menacées sont la liberté d'expression, la liberté de conscience, la liberté d'opinion et le droit à l'information. Le problème, en Côte d'Ivoire, c'est que beaucoup de choses se font sans concertation, sans que le corps social ne s'empare des questions essentielles qui se posent à lui, sans que les gouvernants n’ouvrent le débat pour que la société accepte que les lois qu'elle aura comprises s'appliquent à elle.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel