Saison des pluies : Urgences à l’horizon

Ces premières pluies du mois de juin viennent de rappeler aux Ivoiriens que, comme le coronavirus, les précipitations ne comptent pas leur laisser de répit. Un cycle presque infernal. Prises au piège à chaque saison, les populations, qu’elles soient dans les bas ou les hauts quartiers, vivent dans une angoisse permanente. Dans ce contexte sanitaire particulier, les appels des autorités aux populations habitant les zones à risques ont redoublé depuis quelques semaines. Suffiront-ils à éviter les drames des années précédentes en saisons des pluies ? Au moins un mort et plusieurs blessés ont déjà été recensés depuis le week-end dernier. Et l’on craint encore le pire.

Les saisons de pluies se suivent et se ressemblent toutes, avec leur cortège de d’inondations et d’éboulements de terrains. Si les grandes opérations de déguerpissement des zones à risques dans les quartiers précaires entre 2011et 2015 ont porté des fruits, les quartiers huppés comme Cocody et Marcory n’échappent plus désormais aux sinistres. La première semaine des grandes pluies qui se sont abattues sur la ville d’Abidjan a encore une fois démontré la précarité dans laquelle vivent les Abidjanais. Les images de Cocody (Angré Château, rue ministre) ou encore de la très chic rue de Bietry à Marcory ont démontré qu’il faudra réfléchir à un plan plus vaste dans le cadre de cette lutte pour sauver des vies humaines et les habitats en période de saison des pluies. Selon les prévisions météorologiques, l’on devrait aussi s’attendre à de fortes précipitations pour les mois de juin et de juillet. Une période d’angoisse s’ouvre donc, en plus de la crise sanitaire qui perdure et qui semble empirer. Les efforts conjugués des ministères et des mairies, même s’ils donnent des résultats probants, n’ont pas encore endigué définitivement le mal. Et ce n’est pas demain la veille. Les flancs des collines, les zones marécageuses sont plus de plus en plus sollicités afin de servir d’habitations pour une population abidjanaise sans cesse en croissance.

Système d’assainissement Le week-end dernier, pendant que de nombreux quartiers de la capitale économique buvaient la tasse, des quartiers moins bien lotis connaissaient une relative quiétude. Mais cela ne veut pas dire que ces quartiers précaires sont tirés d’affaire après plusieurs déguerpissements. Les évènements en question, la commune de Cocody n’en a pas eu de bons souvenirs, le week-end dernier. Aux Deux-Plateaux, où le spectacle était déprimant, le célèbre Boulevard Latrille était coupé en deux au niveau du carrefour Les Oscars. En cause : le système d’assainissement, qui n’arrive plus à jouer son rôle efficacement. Un peu plus au loin, au Mahou, les précipitations ont fait ressurgir les tristes souvenirs de juin 2014, quand des boutiquiers et tenanciers de maquis installés en bordure de route s’étaient retrouvés piégés par l’eau dans leurs propres bâtisses. Des segments de voies tout entiers se sont retrouvés sous les eaux. Comme on pouvait s’y attendre, la Riviera Palmeraie n’a pas été épargnée. Rues inondées, maison inondées, sapeurs-pompiers exténués… Ce quartier huppé de Cocody offre chaque année le même spectacle contrasté de luxe et de chaos pendant les averses. À Angré-Château, dans certaines zones, les maisons étaient remplies d’eau jusqu’aux fenêtres. La mairie, parfois avec l’aide de Roger N’Guessan N’Dri, Président de l’Association intersyndicale des copropriétaires de Cocody (AICC), n’a pourtant pas diminué la sensibilisation dans les quartiers pour libérer les ouvrages d’assainissement sur lesquels les populations construisent très souvent illégalement. Peu avant les grosses pluies, lors d’une récente visite de terrain dans la commune, la ministre de la Salubrité et de l’assainissement, Anne-Désirée Ouloto, a passé en revue le barrage de crue de Génie 2000, les travaux d'élargissement du canal de la Rue ministre, du quartier Allabra ainsi que le chéneau du quartier Riviera Golf, qui a été curé. « L'objectif du gouvernement est de faire en sorte que nous n'ayons pas de situations dramatiques », avait alors signifié la ministre pour justifier cette visite. Contrairement à Attécoubé, où le déguerpissement est la solution principale pour éviter les drames en saison des pluies, Cocody fait face essentiellement à un problème d’ouvrages d’assainissement.

Caniveaux Une commune, justement, où l’Office national de l’assainissement et du drainage (ONAD) a beaucoup œuvré pour rendre efficaces les ouvrages d’assainissement. Curage, réhabilitation, etc. « Le principale problème auquel nous sommes confrontés, c’est l’incivisme des populations », explique un proche collaborateur du Directeur général, Amara Sanogo. Aussitôt curés, d’après lui, les caniveaux; dans de nombreuses communes, sont bondés de détritus. Pour éviter les inondations, indique-t-il, l’ONAD mise également sur la construction de nombreux ouvrages d’assainissement. Outre Cocody, l’office effectue des travaux d’aménagement du canal principal (Y1) dans la commune de Yopougon, quartier Maroc,  long d’environ 3,5 km et celui de Yopougon-Maroc secteur KIMI, en lagune, près du village Lokoua. Mais Abidjan a tellement pris de retard dans l’assainissement que depuis ces dernières années c’est la course contre la montre. Au ministère de la Construction, du logement et de l’urbanisme, on estime que l’une des solutions aux problèmes d’assainissement dans la capitale économique est le schéma directeur d’assainissement des villes. Le plan d’urbanisme dans les cités en Côte d’Ivoire, selon notre interlocuteur, n’a pas été suivi avec l’urbanisation galopante. Résultat : malgré les efforts des autorités étatiques, les villes ivoiriennes ont connu ces dernières décennies de nombreuses pathologies urbaines, avec notamment le dysfonctionnement des réseaux d’assainissement et l’occupation anarchique des zones dangereuses. Rares sont les quartiers qui sont épargnés. De Bingerville à Abobo en passant par Anyama, le grand Abidjan se noie. Et, malheureusement, une fillette âgée de 6 ans a perdu la vie cette semaine à Abobo-Bingerville, suite aux fortes  pluies qui se sont abattues sur la capitale économique.

Vieillesse De plus en plus, certaines villes de l’intérieur, comme San Pedro, sont touchées. Selon l’adjoint au maire de Treichville, Jean-Roger Boto, chargé de l’environnement, de l’assainissement et de la salubrité, avec le temps, les ouvrages deviennent vieillissants et inadéquats. « Certaines communes, comme Treichville, sont installées sur la nappe phréatique. C’est un remblai. Avec les ouvrages vieillissants, quand il pleut, l’eau met du temps avant de descendre. Nous avons ces problèmes à la Rue 8, à la descente du pont, à l’Avenue 8, vers la poste et vers le carrefour Notre Dame », détaille M. Boto. Des œuvres herculéennes sont souvent à réaliser par le Directeur général de l’Office national de l’assainissement et du drainage (ONAD) dans de nombreux quartiers d’Abidjan, avec la mission quasi-impossible d’amoindrir les effets des pluies. Le changement climatique et les averses de plus en plus grandes en perspective sont une pression supplémentaire. En attendant, le Directeur des opérations de secours de l’Office national de la protection civile (ONPC), Marius Yéo, appelle les populations habitant les zones à risques à plier bagages dare-dare. Vu l’urgence de la situation, l’ONPC a tenu une réunion de sécurité le lundi 14 juin. Une réunion de coordination opérationnelle, pour décliner son plan face à la saison des pluies. « Il faut limiter certains déplacements en cette période », a prévenu Marius Yéo après la rencontre. Pour lui, il ne faut pas prendre les alertes météo à la légère. Et, cette année, la Société d'exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM), annonce des précipitations assez élevées. La structure cible Cocody-Est, Abobo-Nord, Yopougon et Attecoubé-Ouest comme étant des quartiers potentiellement inondables. Alors, à bon entendeur…

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/07/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité