Faut-il continuer à garantir un prix bord champ pour le planteur de cacao ?

Serge TANOH, planteur de cacao à Abengourou

Pour : Mon combat de tous les temps a été la stabilisation du prix bord champ pour le cacao. Ainsi, le producteur sait en avance ce qu’il va gagner à chaque période de la campagne. Ce qui facilite la programmation d’entrées financières et de dépenses. Avec le prix garanti, le paysan ne se préoccupe pas de la baisse des cours sur le marché international. La libéralisation des prix est en faveur des acheteurs de produit et non des producteurs. Les producteurs ivoiriens sont certes nombreux, mais ils restent de petits producteurs et ne peuvent agir sur le marché international. Et très peu sont ceux qui produisent entre 20 000 et 50 000 tonnes.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 28/05/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’après coronavirus

La crise inédite résultant de la pandémie du coronavirus devrait inciter les acteurs du monde globalisé à jeter les bases d’un « nouvel ordre mondial &ra...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité