Faut-il continuer à garantir un prix bord champ pour le planteur de cacao ?

Stéphane MANÉ , planteur de cacao – président de l’association ivoirienne pour la défense des intérêts des producteurs café-cacao

Contre : Le plus important, ce n’est pas le prix garanti. Les paysans ont plutôt besoin d’une assistance de proximité. Ce sont eux qui constituent le maillon faible du dispositif alors qu’ils en sont les acteurs principaux. À ce titre, ils devraient tirer plus de bénéfices. Le problème n’est donc pas le prix garanti, mais la défaillance du système dans lequel nous évoluons. Ce dont le paysan a besoin, c’est de formation. Ce sont eux qui payent le plus d’impôts, mais ils n’ont aucune assurance maladie. Nous avons également besoin d’une assistance de proximité et d’une organisation qui défend nos intérêts.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/01/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

La saison des tangos …

Ils ont tous baissé le ton d’un cran, sans que cela ne soit synonyme d’un abandon des ambitions à quelque deux petites années de l’échéance de 2020...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité