Mamadou Karamoko, politologue et communicateur

Comment appréhendez-vous le débat entre juristes sur une probable violation de la Constitution dans la mise en place du Sénat ?

Cette sortie de nos juristes est une bonne chose, car elle est la preuve que nos hommes de loi suivent de près la vie de la Nation et jugent les actes politiques à la lumière du droit. Il faut les encourager d'ailleurs à redoubler de vigilance et à éclairer les populations, qui sont pour la plupart profanes sur les questions de droit et d'institutions, mais je les encourage surtout à surveiller et interpeler les politiques quand il le faut.

Ce Sénat ne se présente-t-il pas comme une occasion pour « caser » des leaders politiques non élus ou écartés lors des législatives dernières ?

Le Sénat est une institution trop noble et trop prestigieuse pour être une chambre de recasement de frustrés et d'anciens cadres. Le Sénat n'est pas une prime consolatrice. Nos sénateurs ne doivent pas être des désespérés ou des gens qui cherchent juste à avoir un statut. Ils doivent être des hommes et des femmes qui ont une haute idée de la République et de leur fonction.

 Quel sera l’apport de cette centaine de sénateurs dans le débat parlementaire actuel ?

Nous attendons de nos sénateurs qu'ils jouent pleinement leur rôle, en renforçant notre démocratie et nos institutions et en veillant à ce que les richesses du pays soient équitablement réparties entre l'ensemble des Ivoiriens et des localités de la Côte d'Ivoire.

 
 
 
 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/07/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité