Funérailles pompeux : Une constante africaine…

Beaucoup de pays d’Afrique noire partagent les mêmes pratiques dans de nombreux domaines. Les dépenses lors des funérailles ne font pas exception à la règle et chaque pays croule sous le poids de ses traditions en la matière.

Comme beaucoup s’en doutaient déjà, les dépenses pharaoniques après un décès ne sont pas l’apanage des Ivoiriens. La question touche toute l’Afrique noire en général, et l’Afrique de l’Ouest en particulier. Un constat établi par le rapport du chercheur Benoît Libali, sociologue – démographe et expert en stratégie de population et développement à l’UNFPA. Dans son travail « Impact des funérailles sur le cycle de la pauvreté et de la faim à Brazzaville, en République du Congo », Benoît Libali démontre comment les deuils familiaux contribuent à appauvrir les populations dans ce pays. « Les populations  associent  en  permanence  la  vie  à  la  mort  et  définissent  l’essentiel  de  leurs  activités  autour  de  l’idée  de  l’au-delà,  vers  l’organisation  permanente  de  funérailles  et  des différents  échanges  post - funéraires entre les survivants et les morts », explique l’expert. En  somme, poursuit-il, l’organisation  des  funérailles implique de nombreuses dépenses, de la réunion pour la  veillée  mortuaire  jusqu’à  la  levée  du  corps  et  à son  inhumation. 

Habitudes « Alors que les coûts y afférents vont croissant, les conditions de vie des  populations se dégradent sans cesse. À l’exception des mort-nés, généralement incinérés, et  des  personnes enterrées sous étiquettes anonymes (….), l’inhumation  d’un corps à Brazzaville, y compris les charges funéraires connexes, coûte largement  au-dessus de 263 000 FCFA, avec un maximum qui pourrait également dépasser les  trois millions de francs CFA », explique Bénoît Libali. Avant de soupirer : « il n’est donc pas étonnant qu’une famille pauvre s’endette pour cela ». Au Bénin également le phénomène n’est pas rare. Les dépenses faramineuses lors des funérailles ont même fini par énerver un membre de l’Hémicycle. Excédé par cette pratique, le député béninois Nazaire Sado a interpellé ses compatriotes, les appelant à proposer à l’Assemblée nationale un projet de loi qui vise à encadrer ces dépenses. « Aujourd’hui, on parle de 40% de taux de pauvreté au Bénin. Dans un tel contexte, on ne peut pas tolérer que des gens investissent 50 millions de francs CFA (75 000 euros) dans des funérailles parce qu’ils sont riches. Il s’agit d’une loi qui soutient les pauvres. Il faut qu’on cesse l’exhibitionnisme dans notre pays », s’est plaint le parlementaire. Ce qui indique clairement que les dépenses lors des funérailles sont avant tout une question africaine. Des habitudes nées sûrement de la tradition, mais entretenues aujourd’hui par le « bling - bling » qui accompagne ces cérémonies.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 09/07/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité