SantÚ, Úducation nationaleá: ce que sera 2021

Alors que sĺachŔve lĺannÚe 2020, les Ivoiriens commencent Ó entrevoir ce que sera probablement 2021 pour eux. Principalement, dans les secteurs tels que la santÚ et lĺÚducation.

Il y a quelques jours de cela, le chef de l’Etat annonçait l’arrivée du vaccin contre la pandémie à coronavirus, sur le sol ivoirien.  Une campagne de vaccination est attendue dans le mois d’avril par le personnel de santé. Puisqu’il fait partie, avec les enseignants et les forces de l’ordre, des 5 millions de personnes concernées par ce traitement. Aussi volontaire soit-il, le vaccin covid-19 a suscité la réaction de la Coordination des syndicats du secteur santé  (Coordisanté), qui affirme qu’elle prend acte.

Calme plat Mais la structure prévoit une assemblée générale dans les jours à venir. Selon Boko Kouao, porte-parole de la Coordisanté, la position de sa structure sera clarifiée. Même ton pour le Syndicat national des cadres supérieurs de la santé en Côte d’Ivoire (SYNACASS-CI). « Nous avons vu que le vaccin allait commencer par le personnel de santé. Nous allons faire une déclaration », a signalé Dr Guillaume Esso Akpess, le secrétaire général du SYNACASS-CI. Le second point, pour les acteurs de la santé, c’est le décret d’application relatif aux primes que leur accorde la réforme hospitalière. Le calme observé pendant l’année 2020 dans ce secteur pourrait se poursuivre, puisque, selon des sources, le décret lié aux primes promis à ces travailleurs est sur le point d’être signé.

Sous surveillance Au niveau des enseignants, le climat n’est pas aussi rassurant. Des syndicats comme la coalition des Syndicats du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI), se préparent à repartir au front, après une année d’accalmie. Selon Bertoli Kouamé, le secrétaire général de la COSEFCI, ils sont prêts à remettre sur la table la fameuse question concernant la revalorisation de l’indemnité de logement. Là aussi, on estime qu’on a trop attendu. Même ton pour l’Intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (ISEPPCI), jusque-là enclin aux négociations. Enfin, la Plateforme des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire, commence à se signaler. « Pour cette fin d’année, les fonctionnaires seront confrontés à la dure réalité des quatre fêtes du mois de décembre, y compris les charges fixes de la fin du mois et des 31 jours de janvier. C'est pour toutes ces raisons que le 13ème mois s’impose », note Gnagna Zadi Theodore, le président de cette structure. Pour lui aussi, la covid-19 a provoqué une sorte de trêve non écrite avec les syndicats du secteur public. En 2021, note-t-il, les débats sur leurs revendications vont reprendre.

Raphaël TANOH

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 14/01/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Le ź New deal ╗

Le ź New deal ╗

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a une nouvelle fois plaidé mardi pour un « New deal » au niveau international et un nouveau co...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité