Niger : Ultimatum aux combattants locaux de Boko Haram

Alors que le groupe islamiste  Boko Haram sévit toujours dans les quatre pays frontaliers  du Lac Tchad, les autorités de Niamey se montrent intransigeantes vis-à-vis de ses combattants nigériens. « Au delà du 31 décembre 2017, celui qui ne viendra pas devra se trouver un autre statut, il ne s'appellera pas repenti », a averti Mahamadou Laoualy Dan Dano, Gouverneur de la région de Diffa, à la frontière nigériane, devant 160 ex-combattants nigériens de Boko Haram qui ont déposé les armes en décembre 2016.

Les autorités nigériennes ont « donné une chance à des Nigériens qui se sont trompés » en combattant aux côtés de Boko Haram de revenir sur leur choix, par une vaste campagne initiée par le Président de la République, Mahamadou Issoufou, qui s’est dit prêt à leur garantir « la vie sauve et à créer les conditions de leur réinsertion socio-économique ».

Le gouverneur a, dans ce sens, mis à la disposition des repentis, le 15 Octobre, des « moyens de communication », afin qu’ils appellent leurs anciens équipiers à revenir « dans le bon chemin ». Si l’efficacité de la méthode est sujette à discussion, reste à déterminer la future qualification citoyenne de ces combattants, ressortissants d’un pays qui a encore récemment déchu l’un de ses citoyens de sa nationalité.

Hadejah S. MAIGA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité