Tuerie d'Orlando : au coeur du débat présidentiel

Après le drame du 12 juin dans une boîte de nuit d’Orlando, l’Amérique s’interroge.

Le massacre qui s’est déroulé dimanche 12 juin dans une discothèque de Floride alimente la campagne présidentielle américaine. Les deux principaux candidats surfent depuis sur les questions soulevées par ce drame.

Il n’y aura pas eu de grande marche républicaine comme après l’attaque de Charlie Hebdo à Paris en janvier 2015. Cela dit, l’acte terroriste perpétré par Daesh dans le night club « Pulse » d’Orlando, le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis après le 11 septembre, n’aura fait qu’enflammer un peu plus la guerre que se livrent les deux candidats à la Maison Blanche, la démocrate Hilary Clinton, et le milliardaire républicain Donald Trump. Ce dernier n’a pas manqué l’occasion de réitérer ses attaques contre les musulmans, qu’il veut priver du droit d’entrée sur le territoire américain. Il a de nouveau attaqué son adversaire, taxée de laxisme sur les questions telles que le terrorisme, ou encore la lutte contre Daesh. L’ex-secrétaire d’État a rétorqué qu’il était « simplement dangereux » de déclarer la guerre à une religion toute entière. Elle n’en a pas moins durci son discours, essayant de rattraper du terrain sur son adversaire qui ne cesse de monter dans les sondages. Mais la lutte contre l’homophobie, ainsi que le contrôle des armes à feux sont les thèmes sur lesquels a préféré rebondir Hilary Clinton. Elle a rappelé son soutien à la communauté « homo », visée par la fusillade, et rappelé que l’un des combats les plus importants à mener était le contrôle des armes à feux, en particulier les armes d’assaut, qu’ont utilisées les assaillants dans toutes les tueries qui ont frappé le pays ces dernières années. Donald Trump estime quand à lui que si les personnes avaient été armées sur la piste du Pulse, « nous n’aurions pas eu cette tragédie-là ». Démocrates et républicains sont donc plus que jamais en opposition frontale sur la question, et elle risque de nourrir encore le débat politique, qui, à cinq mois de l’élection présidentielle, promet d’être encore plus acharné. Reste à savoir lequel des deux candidats profitera le plus du tragique événement d’Orlando.

Célia d’Almeida

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 06/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité