Coup de froid entre Riyad et Toronto

Gel des relations commerciales, expulsion de diplomates, rapatriement d’étudiants, l’Arabie Saoudite a vigoureusement réagi aux critiques adressées par les autorités canadiennes quant au traitement réservé par le royaume aux défenseurs des droits des femmes.

Depuis un tweet envoyé le 3 août, la ministre canadienne des Affaires étrangères s’inquiétait de l’arrestation de militants de droits de la femme et demandait « aux autorités saoudiennes leur libération immédiate, ainsi que celle d’autres activistes pacifiques des droits humains ».

Face à cette « ingérence » et « attaque », les autorités saoudiennes ont voulu donner un avertissement à tous ceux qui s’attaqueraient « à leur souveraineté ». Elles ont expulsé l’ambassadeur canadien à Riyad et rappelé le leur le 5 août. Le 6, c’est la compagnie aérienne Saudia qui annoncé la suspension  de ses vols au départ et à destination de Toronto et 8 000 étudiants saoudiens au Canada seront redéployés vers d’autres pays.  

Même si elle a réaffirmé la volonté de son pays de défendre les droits humains, la ministre canadienne s’est dite préoccupée par la crise en cours.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 13/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Pacte mondial sur la migration, et après ?

Le Pacte mondial sur la migration des Nations unies, qui a soulevé les critiques des nationalistes et des partisans de la fermeture des frontières, a été formellement appro...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité