Xi Jinping : Président à vie ?

Xi Jinping est désormais en passe de disposer d’un mandat illimité à la tête de l’Etat chinois.

La voie est désormais ouverte pour faire de Xi Jinping un Président à vie, un nouvel empereur de Chine. Le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a proposé dimanche 25 février d’effacer la mention stipulant qu’un président « ne peut pas exercer plus de deux mandats consécutifs » et proposé d’inclure la « Pensée Xi Jinping » dans la Constitution. Ces dispositions seront soumises aux parlementaires lors de la session annuelle plénière qui s’ouvre le 5 mars. Ce projet de réforme constitutionnelle remet en cause la notion de « direction collective » imposée par Deng Xiaoping dans les années 1980, afin d’éviter le maintien au pouvoir d’un chef incontesté, comme le fondateur du régime Mao Tsé-toung. Les prédécesseurs de Xi Jinping Hu Jintao (2003 - 2013) et Jiang Zemin (1993 - 2003) ont ainsi chacun exercé deux mandats de cinq ans.

L’Empereur Xi

Xi s'est hissé à la tête du pays en 2013. Aujourd'hui, à 64 ans, il se prépare au pouvoir sans fin ni partage : du jamais-vu depuis Mao. Il s'est imposé en plaçant ses hommes à tous les échelons du parti et a engagé une lutte contre la corruption qui a éliminé plus d'un million de cadres. D'aucuns y ont vu avant tout un moyen de se débarrasser de toute opposition interne. A l’issue de la plénière, Xi Jinping devrait poursuivre sa doctrine: la « grande renaissance de la Nation» pour faire de la Chine un pays « moderne », « puissant », doté d’une armée « de premier rang mondial » et entièrement « placé sous la direction du parti », comme il le disait en octobre 2017 dans son discours d’ouverture du 19ème Congrès.

En dépit d'une censure prompte à supprimer les messages négatifs, les internautes chinois ont exprimé leur désapprobation sur Weibo (le Twitter chinois) : « Pathétique ! 1,3 milliard d'habitants et aucun ne résiste », « Dire que j'avais rêvé de pouvoir élire un président une fois dans ma vie ». « Longue vie au dirigeant Mao ! » ironisait un post supprimé, visible sur le site Free Weibo. « On a connu l'avidité impériale, la peur du pouvoir autoritaire, et 100 ans plus tard, rien n'a changé » insistait un autre. Les États-Unis ont estimé mardi que la décision appartenait au peuple chinois.

Boubacar Sidiki Haidara

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 21/06/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Premier ou troisième mandat ?

Longtemps avant l’élection présidentielle de sortie de crise, en 2010, l’on en connaissait les candidats. Pour celle de 2020, il va falloir patienter. Face aux ambitions dive...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité