Justin Koua La pièce manquante du camp Sangaré

Il est apparu affaibli et amaigri à son procès. Mais Justin Koua, l’ex-président par intérim de la JFPI, espère bientôt retrouver ses compagnons de lutte, afin de poursuivre la lutte là où il l’a laissée il y a deux ans.

Quand le Front populaire ivoirien (FPI) s’entredéchire à la fin de la crise post-électorale, Justin Koua fait partie de ceux qui se battent pour recoller les morceaux. Il est alors vice-président de la JFPI, et son leader, Navigué Konaté, est en exil au Ghana. Sa détermination à relancer son parti convainc la direction intérimaire, conduite par feu Sylvain Miaka Ouréto, de lui confier les rênes de la jeunesse du parti à la fin 2011.

Intérimaire Quadragénaire, administrateur des services financiers des impôts en fonction à Daloa puis à Odiénné, il abandonne fréquemment son poste pour se rendre à Abidjan, afin de mobiliser ses camarades. La lutte paye peu à peu, la JFPI sort de sa léthargie et s’organise afin d’occuper l’espace politique. Mais ses ambitions sont freinées en 2014 par le retour d’exil du président statutaire de la jeunesse, Navigué Konaté, précédé par la libération du président du parti, Pascal Affi N’Guessan, quelques mois plus tôt. Justin Koua avait alors tenté un passage en force, sans succès, avant d’être contraint par la direction du FPI à passer le flambeau à celui dont il a été le vice-président de 2001 à 2011. S’en suivront les contradictions internes du parti de Laurent Gbagbo, et Justin Koua choisira de poursuivre la lutte auprès d’Aboudramane Sangaré.

Condamné Mais l’aventure ne sera pas de tout repos. En mai 2015, il sera interpellé pour trouble à l’ordre public. Selon les proches de Sangaré, il s’agissait d’une manœuvre du pouvoir pour « casser leur branche au profit de celle incarnée par Affi N’Guessan. » Contrairement à juin 2013, où il avait été interpellé et libéré quelques jours plus tard, il sera cette fois-ci condamné le 27 mai dernier, après deux ans de détention, à 30 mois de prison ferme. Depuis le fond de sa cellule, où il se trouve depuis déjà deux ans, et qu’il devrait quitter en novembre 2017, « Justin Koua, quoique affaiblit physiquement, se dit prêt à reprendre à la lutte », confie à JDA l’un de ses visiteurs réguliers. En attendant, ses proches soutiennent que son retour est attendu car il devrait contribuer à dynamiser la jeunesse du FPI proche de Sangaré, à qui il manque un véritable leader, capable d’haranguer les foules. « Or, Justin sait le faire », assure son proche visiteur.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/01/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

La saison des tangos …

Ils ont tous baissé le ton d’un cran, sans que cela ne soit synonyme d’un abandon des ambitions à quelque deux petites années de l’échéance de 2020...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité