Municipales 2018 : Top 10 des maires les plus anciens en poste

Si aucune date précise n’a été donnée pour les élections municipales à venir, les élus en place n’ont pas attendus longtemps pour annoncer leur intention de candidature en vue de briguer un autre mandat. Parmi ces derniers, JDA vous propose une liste des 13 maires les plus anciens en poste.

Décédée à 84 ans le 30 septembre 2017, Hortense  Aka Angui , détenait le records de longévité des élus locaux avec 36 ans à la tête de la commune de Port-Bouët.  Aujourd’hui, ils sont 13 à comptabiliser chacun au moins 17 ans à la tête de leur commune et compte bien être dans la course pour les élections municipales de 2018 qui devrait se tenir avant la fin du premier semestre.   Parmi ces 13, trois (Abdoulaye Diallo, Sankan Ouattara, Amichia François)   comptent au moins 23 ans en exercice.

Abdoulaye Diallo,  (PDCI-RDA, 87 ans). Ex-chargé de mission de Feu le Président Félix  Houphouët-Boigny, Abdoulaye Diallo préside aux destinées de Djékanou depuis son érection en commune en 1985.  Réélu à 100% des suffrages exprimés en 2013, Abdoulaye Diallo qui brigue un sixième mandat en  33 ans de gestion, est, à date, le plus ancien des maires en fonction.  Il rêve ainsi d’être le maire à vie d’une ville qu’il aura construit et caresse en secret le désir de battre le record de longévité de maire en fonction.

 

Sankan Ouattara, (RDR, 67 ans) en poste depuis 1995, il comptabilise à ce jour 23 ans à la tête de la commune de Bouna. Solidement implanté dans cette zone, il pourrait être bousculé par les ambitions de certains jeunes cadres. Pour rappel,  la région du Bounkani compte le plus grand nombre de jeunes élus au parlement. Une donne qui pourrait bousculer la vielle garde.

 Amichia François, (PDCI,  66 ans). Il  cumule le poste de ministre des sports et de maire de la commune de Treichville et se dit encore bon pour le service à la tête de sa commune. 1er Adjoint au maire 1990 – 1995, il succède à Feu Lenoir Kouassi et est élu maire de la Commune de Treichville en 1996. 22 ans de règne auquel il ne compte pas mettre fin de sitôt. Candidat à sa propre succession, ses réseaux et partisans sont déjà à la tâche afin de vanter ses mérites pour briguer un autre mandat. Un challenge possible si le RHDP décide d’aller en rang serré et de maintenir les maires en place. Dans le cas contraire, il devra affronter un candidat du RDR, un parti qu’il avait battu en 2013 en se faisant élire à 53,43%.

Amadou Gon Coulibaly, (RDR, 59 ans). Premier ministre, il est maire de la commune de Korhogo depuis 2001 et avait été réélu à 79,88% des suffrages exprimés en 2013. Il ne devrait pas se présenter  pour la prochaine échéance qui pointe à l’horizon selon des indiscrétions qui mettent en avant une incompatibilité des fonctions entre celles de premier ministre et d’élu local. Dans un rôle d’arbitrage désormais, il compte bien faire planer son ombre sur la campagne. Histoire de prouver qu’il reste « le maitre de Korhogo » soutient-on dans son entourage.

Adama Toungara,  (RDR, 75 ans). Ex ministre du pétrole et de l’énergie, député maire d’Abobo, « Mister Toung » ne compte pas céder le fauteuil pour sitôt.   « Abobo et moi, c’est une affaire d’amour » confie-t-il à ses laudateurs. Maire depuis 2001 et réélu à 59% en 2013, il est de plus en plus contesté dans ce bastion du RDR mais aucun de ses challengers n’ose l’affronter directement, espérant voir le parti convaincre Adama Toungara de faire de la place à d’autres personnes. Ce qui a très peu de chance d’arriver surtout qu’il n’est plus ministre. 

Youssouf Sylla, (RDR, 72 ans). Élu avec 30, 52 % des suffrages exprimés en 2013, celui qui avait refusé en 2011 un poste d’ambassadeur au profit de celui de maire d’Adjamé, « Dj Zito » pour les intimes prévoyait prendre sa retraite en 2020 au cas où les élections municipales ne devraient pas se tenir en 2018. Après 17 ans à la tête de la mairie d’Adjamé, Youssouf Sylla est bien décidé à lancer toutes ses forces dans les élections à venir. Il devra faire encore face à une fronde interne piloté par son ex bras droit Farikou Soumahaoro qui lorgne ce fauteuil depuis 2013.

Alphonse Yabayou Gosso (Indépendant, 72 ans). Maire de la commune balnéaire de Grand Béréby,  Alphonse Yabayou, élu en 2001 sous une bannière FPI, avait préféré aller en indépendant en 2013 et avait obtenu 62,07% des suffrages exprimés  solidement enraciner dans cette ville, « monsieur le maire » est également candidat à nouveau et mise sur sa maitrise de sa commune et sa longue expérience.

Raymond N’dhoi Yapi  (PDCI, 65 ans). Réélu difficilement en 2013, N’dhoi Yapi   compte également  17 ans à la tête de la commune de Koumassi. Candidat pour le scrutin de 2018, il pourrait affronter une liste de maire conduite par l’ex ministre Ibrahim Bacongo Cissé qui multiplie les actions de proximité dans cette commune dont il est le député.

Jean Kouacou Gnrangbé kouadio (PDCI, 63 ans). Maire de la capitale politique du pays, Jean Kouacou Gnrangbé se présente comme un « baobab indéracinable.»  Militant en faveur d’un parti unifié, il espère compter sur l’appui de son allié le RDR afin de prolonger sa longévité à la tête de Yamoussoukro.  Mais du côté de l’allié, les choses bougent et le RDR n’hésitera pas à essayer de lui rafler la mise notamment avec le ministre du commerce Souleymane Diarrassouba à qui on prête des intentions de candidature depuis qu’il multiplie sa présence sur le terrain des bonnes œuvres dans la capitale politique.

Djoman Beugré (PDCI, 62 ans). Ingénieur d’agronomie et des Eaux Forets spécialistes en industrie du bois, en écologie tropicale et en pédagogie agricole, Djoman Beugré est à la tête de la mairie de Bingerville depuis 2001 et compte bien s’y maintenir pour cinq autres années.  Il part grand favoris dans une commune dominée par son parti face à un RDR divisé mais qui peut créer la surprise  à tout moment.

Danho paulin claude, (PDCI, 59 ans). Il a fait ses premiers pas au sein de la mairie d’Attécoubé en 1990 au poste de conseiller municipal avant de gravir les échelons et d’être élu en 2001, premier magistrat de cette commune.  Sa défaite aux législatives de novembre 2011, avait poussé  « le maire choco »à un sursaut d’orgueil afin de préserver  son poste de maire deux ans plus tard. Élu avec  55%  des suffrages, il multiplie les actions de proximité. Candidat pour les municipales de 2018, il pourrait affronter son frère ennemi  Drissa Jacob Coulibaly,  qui lorgne ce fauteuil depuis 2011 et qui est passé entre temps du PDCI au RDR. Pour 2018, il pourrait avoir affaire à un autre challenger, le nouveau  député Laurent Tchagba.

Valy Sidibé (RDR, 58 ans). Directeur de l’Ecole normale supérieur (ENS) Valy Sidibé, maire de Minignan depuis 2001 compte se présenter pour un troisième mandat à la tête de cette commune frontalière à la Guinée et au Mali.  Il y part favoris mais garde l’œil ouvert sur les récentes dissensions nées au sein des cadres de cette petite ville à la veille des élections législatives.

Noel Akossi Bendjo, (PDCI, 57 ans). Titillé depuis peu par Fabrice Sawegnon, Noel Akossi Bendjo, à la tête de la commune du Plateau depuis 2001, donne de plus en plus de la voix auprès de ses sympathisants afin de briguer un troisième mandat de maire dans la chic commune du Plateau qui enregistre selon la Commission électorale indépendante (CEI), le plus grand nombre d’électorat versatile( plusieurs électeurs n’habitent pas la commune). Une donne qui ne rassure aucun candidat et peut faire basculer les résultats du scrutin.

 

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/02/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Ecouter la voix du peuple !

Sous la pression des acteurs économiques, le gouvernement ivoirien a décidé d’abandonner certaines dispositions décriées de la Loi de finances adopté...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité