FPI : Guerre de succession ouverte

Les choses devraient bouger au niveau de la branche du FPI conduite jusque-là par Abou Drahamane Sangaré. La mort de ce dernier a ouvert la porte à une lutte entre protagonistes  pour le contrôle de cette branche.

Qui de Simone Ehivet Gbagbo, deuxième vice-présidente de cette branche du Front populaire ivoirien (FPI) ou de Hubert Oulaye, président du comité de contrôle prendra le contrôle du parti ? La question ne devrait pas se poser mais la succession des évènements depuis le décès du « gardien du temple » le samedi 3 octobre a ouvert une sorte de crise de succession et de ligne à suivre. Simone Gbagbo devrait naturellement poursuivre la lutte là où la laisser Sangaré. Mais l’ex première dame selon nos sources, n’est pas le choix de Laurent Gbagbo qui lui préfère Hubert Oulaye.

Maintenir le cap Le communiqué de Laurent Gbagbo, président de cette tendance, annonçant la suspension des activités du FPI, n’est pas fortuit.  Il aurait été rédigé à l’insu de Simone Gbagbo qui convoquait au même moment une réunion du secrétariat général.  « Des personnes dans l’ombre ne souhaitent pas que Simone prenne la tête du parti et préfère le cap actuel avec cette propension à ne rien faire tant que Laurent Gbagbo est en prison » confie une source proche de ce parti. D’autres sources qui abondent dans le même sens que notre interlocuteur, ajoutent que « Simone est engagé dans une dynamique de paix et de réconciliation et cela pourrait faire changer radicalement les choses et mettre Gbagbo au second plan. » Un changement qui ne serait pas du goût de l’aile dure du parti qui attend avec conviction le retour de Laurent Gbagbo dont le procès reprend le 12 novembre. Face à un Assoa Adou, peu disposé à engager un tel bras de fer avec Simone Gbagbo,  le choix devrait être porté sur Hubert Oulaye. Il devrait ainsi démissionner de son poste de président du comité de suivi afin d’être nommé premier vice-président en remplacement d’Abou Drahamane Sangaré. Mais les choses pourraient ne pas se faire comme sur des roulettes. Résiliente, Simone Gbagbo ne compte pas non plus croiser les bras. Elle a des soutiens en interne et peut faire basculer plusieurs cadres de son côté. À l’écart depuis 2011, elle pourrait bien y voir une aubaine de prendre sa revanche sur le temps et sur la « rivale, Nady qui tirerait les ficelles depuis la Haye » prévient un observateur qui n’écarte nullement une volonté chez Simone d’être candidate à la présidentielle de 2020

Ouakaltio OUATTARA

 

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel