Climat social : Ouattara en première ligne

Après avoir ouvert des échanges avec la chefferie traditionnelle, le Président de la République a décidé de prolonger les échanges avec les guides religieux. Premiers de la liste, le clergé catholique, reçu le mercredi 19 février.

Quand le clergé catholique avait décidé d’organisé le 15 février dernier une « marche priante » l’immixtion de plusieurs partis politiques et des menaces de certains individus, avaient poussé les chrétiens à revoir leur feuille de route. Les passions autour de cet acte d’adoration  ont ainsi baissé, permettant une organisation loin des chapelles politiques. Connu pour leur franc parlé, selon des indiscrétions,  les évêques après avoir fait un long tour d’horizon de l’atmosphère politique, ont invité le Président de la République à « poser des actes forts pour rassurer tous les partis et les ivoiriens et semer les germes d’une paix durable. »  Ces derniers ont d’ailleurs fait sienne certaine revendications de l’opposition notamment la libération d’un certain nombre de personnalités politiques, le retour des exilés et une réforme profonde de la CEI.

Dialogue Ces échanges ne devraient pas être isolés. Le Président de la République devrait par la suite échanger avec les imams et l’ensemble des guides religieux avec qui il partagera sa vision autour de la révision de la constitution, de la composition de la commission électorale indépendante et comment il envisage l’organisation de la prochaine élection présidentielle. Ces échanges pourraient bien également s’ouvrir au membre du corps diplomatique.  Le Président de la République qui a sur sa table la demande de dialogue avec l’opposition, analyse par la même occasion les conclusions du dialogue entre le gouvernement et les membres de l’opposition.  En ouvrant le dialogue avec les partis politiques, l’on pourrait retrouver, pour la première fois, Alassane Ouattara face à Henri Konan Bédié dans une sorte de « dialogue direct ». Depuis la rupture entre les deux hommes, aucune rencontre, du moins officielle ne s’est tenue. « Cela pourra ouvrir une sorte de dialogue sans fin où comme dans un jeu, chacun essaiera de tirer le plus de profit de la partie » explique un proche du Président de la République selon qui le Président Alassane Ouattara ne souhaite pas ouvrir cette boîte de pandore.  « Les discussions ont eu lieu, et comme pour la composition de la CEI, les instances trancheront afin de rester conforme au calendrier électoral » pense une source proche du premier ministre.

Yvann AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 19/03/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Le monde s’effondre

La maladie à virus Covid 19 a réussi en moins de 4 mois à paralyser le monde entier. Elle est parvenue à rappeler aux hommes leurs limites dans leur capacité à...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité