Lia Gnan Ferdinand : « La crise ne doit pas être politisée »

Dans ce contexte de lutte contre le coronavirus, les adversités politiques ne faiblissent pas. Bien au contraire, le débat politique se fait désormais autour de la crise sanitaire, qui cristallise désormais toutes les attentions. Le Secrétaire national de la JFPI répond à nos questions.

Votre parti est très critique de la gestion de la crise sanitaire, là où la solidarité est demandée…

En effet, pendant que le mal du Covid-19 vient mettre les Ivoiriens dans un combat pour la survie, le parti au pouvoir travaille plutôt à la victoire de son poulain à l’élection présidentielle d’octobre prochain. Nous notons la poursuite de l'opération d'enrôlement, la validation par ordonnance du Code électoral, en ignorant royalement l'opposition, et voyons que la campagne actionnée par tous les mouvements de soutien au candidat Amadou Gon bat son plein. Et cela est contraire à l’esprit de solidarité auquel le Président de la République a appelé.

Que pensez-vous des mesures sociales annoncées ?

Aujourd'hui, les répercussions de cette crise ne sont pas seulement visibles au niveau des abonnés sociaux  de la CIE et de la SODECI. Elles frappent fortement les travailleurs dans le public, comme ceux du privé. Il serait bien que le gouvernement élargisse son champ d'action à l'ensemble des populations. Il ne sert à rien d'annoncer un plan de riposte de 1 700 milliards dont les effets ne sont pas visibles sur le terrain. Pour nous, il y a plusieurs dérives administratives et politiques, dans une période où notre pays est en proie à ce virus mortel.

Vous appelez pourtant vos militants à aller se faire enregistrer pour obtenir la nouvelle Carte nationale d’identité…

Oui. Nous invitons nos militants à rester mobilisés pour faire barrage à la confiscation du pouvoir que le RHDP organise sous nos yeux. C’est pourquoi nous leur demandons d’aller faire établir leur Carte nationale d’identité en se rendant dans les centres d'enrôlements et à s’inscrire le moment venu sur les listes électorales. C'est certes un sacrifice de plus, mais un sacrifice utile si nous voulons nous réconcilier avec notre Nation. Il faut agir maintenant, en connaissance de cause, pour ne pas être surpris demain à la date des élections. Notre priorité dans cette période pandémique sera aussi la construction de notre victoire en 2020, parce que nous ne serons pas surpris par les évènements.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 09/07/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité