Armée : Encore des bruits de bottes ?

Le ministre de la Sécurité, Hamed Bakayoko, s’est voulu rassurant le 5 novembre devant les parlementaires. « Nous ne devons plus rien aux militaires, en dehors de leur salaire. Je vous assure qu’il n’y aura rien. Tout est sous contrôle. Cela me désole de savoir qu’il y a des gens qui prennent un malin plaisir à pousser les militaires à la révolte ou à faire des revendications intempestives. Nous n’allons plus tolérer cela ». Une phrase qui intervient dans un contexte où des informations font état de la possibilité de soulèvement de militaires en décembre, qui revendiqueraient à nouveau des primes. Aux revendications de ces derniers s’ajouterait la radiation d’un peu plus de 200 militaires, sortis des rangs pour défaut de nationalité ivoirienne. Le mode opératoire, selon une source militaire, devrait être le même que lors des mutineries précédentes. Tirs autour des casernes et blocages des corridors dans les villes de l’intérieur que sont Bouaké, Daloa, Korhogo et Man. Tout en rassurant les populations ivoiriennes devant la représentation nationale, au ministère, selon une source proche, des mesures ont été prises afin de faire échouer tout projet allant dans ce sens. « Même si cela en reste au stade des rumeurs, nous ne voulons pas attendre d’être surpris. Des actions sont en cours afin de détecter de probables foyers de tensions et de les traiter », confie notre source, qui précise que, comme pour chaque fin d’année, les mesures de vigilance sont toujours de mise.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel