Sénat : On repêche les recalés

Ils avaient perdu lors des législatives de 2016 ou des municipales de 2013. Avec les sénatoriales, ils auront l’occasion de siéger à nouveau ou de siéger pour la première fois à l’Hémicycle.

Sans grande surprise, le Rassemblement des houphouëtistes pour la paix et la démocratie (RHDP) a remporté la plupart des sièges (50) lors des élections sénatoriales du 24 mars dernier. Les regards sont tournés désormais vers le Palais présidentiel, d’où proviendra la liste des 33 autres sénateurs. Fait marquant, une douzaine de candidats recalés lors des élections législatives ou municipales précédentes y figurent.

Revanche ? Ils sont du Rassemblent des républicains (RDR), du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ou encore des candidats indépendants. Malgré parfois le parrainage de leur candidature par le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), ils n’ont pu acquérir le suffrage direct des populations, mais peuvent s’estimer heureux de l’avoir obtenu indirectement. Ex Vice-présidente du Parlement, de 2011 à 2016, Sarah Fadiga Sako fait partie de ce groupe. Elle avait perdu son siège face à un indépendant issu de son propre parti, le RDR, dans la région du Bafing. Elle fera son come-back à partir du 10 avril à l’Hémicycle. Avec elle, l’ex député André Logbo. Autre figure ayant perdu son siège de député en 2016, Augustin Kagnon Silué, qui rebondit également au Parlement après avoir bénéficié du parrainage du RHDP.

D’autres candidats du RHDP battus lors de leur premier essai au cours des législatives de 2016 viennent de voir leur rêve de siéger se réaliser. Il s’agit entre autres de Chantal Moussokoura Fanny. Candidate indépendante lors des législatives, elle a pu obtenir le parrainage du RHDP pour les sénatoriales. Anzoumana Ouattara,  Delphin Kouassi Kpli Kouadio, ou encore une autre figure du PDCI, Emilienne Ahou Assa épouse Bobi, malgré des candidatures sous l’étiquette du RHDP lors des législatives de 2016, avaient mordu la poussière face à des candidats indépendants. Remis en selle par le RHDP, ils sont passés haut les mains aux sénatoriales. Des percées qui ne sont pas pour autant du goût de toute la classe politique. « Des personnes que nous avons battues lors des législatives vont désormais siéger avec nous au Parlement grâce aux élections sénatoriales », se plaint le député Alain Lobognon. Une réalité que devront désormais intégrer les Ivoiriens avec ce premier test du suffrage universel indirect.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité