Siaka Ouattara, il lorgne la tête du MFA

Il a 43 ans et porte la dissidence contre le Président de son parti Anzoumana Moutayé. Candidat unique au second congrès du Mouvement des forces d’avenir (MFA), prévu le 28 octobre, Siaka Ouattara ouvre une troisième voie pour le parti.

Vous organisez un congrès le 28 octobre, alors que la justice tranche le conflit qui vous oppose à Moutayé le 26. Pourquoi vous précipitez-vous ?
En politique, la justice n’est pas toujours mise au-devant. L’affaire est pendante. Depuis le 26 août, j’ai le plein droit d’organiser un congrès dans un délai de 90 jours, selon les textes de notre parti. Il est prévu pour le 28 octobre et nous attendons entre 4 000 et 5 000 militants. Je lance un appel à tous les délégués régionaux, départementaux, secrétaires de section, pour qu’ils se mobilisent. Le thème des assises est « Un MFA remobilisé pour un RHDP fort ».
La léthargie du parti est un des nombreux griefs à l’encontre d’Anzoumana Moutayé. N’êtes-vous pas vous-même fautif en tant que son second ?
Non. Quand tout le bureau demande le départ d’un Président, c’est que ce dernier est fautif. Moutayé avait une mauvaise gestion, n’associait personne, décidait seul. Il allait seul aux rencontres du RHDP. Ministre, il n’a pas fait la promotion des cadres du parti, il nommait ses proches. Lorsqu’il arrivait aux commandes, le parti avait trois députés, aujourd’hui, il n’en a aucun.
Vous étiez député et vous n’avez pas été réélu. Est-ce la faute à Moutayé ?
Oui, en partie. Chaque fois que j’organisais des meetings de campagne, le ministre ne m’apportait pas son soutien. Il combattait les députés de son parti et, pour finir, nous nous sommes tous cassé la figure.
En moins de trois ans, vos militants ont destitué deux Présidents. Ne pensez-vous pas que cela affaiblit le MFA ?
Non. Quand les choses ne vont pas bien, il faut avoir le courage de le dire. Le parti meurt à petit feu. Ce n’est pas normal. Nous œuvrons dans le souci de sa redynamisation.
Vous êtes en roue libre pour la présidence du MFA. Une fois élu, quelles stratégies mettrez-vous en place ?
Nous allons mettre en place un comité qui aura pour mission de suivre et d’aider le Président dans la prise des décisions, car nous devons sortir notre parti des sentiers battus de l’immobilisme, de l’incohérence et amorcer un nouveau départ. Pour être visible dans une grande coalition comme le RHDP, il faut être fort. Nous allons commencer par les bases, que nous allons redynamiser sur toute l’étendue du territoire pour qu’on sente le MFA bouger, et multiplier les délégations dans les grandes villes. 
Adélaïde Konin

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité