FPI : Simone Gbagbo donne de la voix

Quelque peu isolée depuis le décès d’Aboudrahamane Sangaré, Simone Gbagbo ne s’avoue pas pour autant vaincue. Elle tente de jouer sa partition et lutte pour une participation du FPI à toutes les élections en 2020.

Fini le temps du boycott des élections au Front populaire ivoirien  (FPI), du moins pour l’aile représentée par Laurent Gbagbo? L’ex Première Dame Simone Gbagbo veut y croire. Depuis sa libération, elle en fait son cheval de bataille au sein de son parti. Sa voix n’est plus audible comme il y a dix ans et elle n’a plus l’influence d’antan. Mais même écartée de la sphère de décision de Laurent Gbagbo, elle reste tout de même le numéro 2 de cette aile du FPI.

Avec ou sans Laurent ? Le mardi 6 août, au stade municipal de Dabou, Simone Ehivet Gbagbo a annoncé la participation de son parti à toutes les élections de 2020. « Je tiens à le dire haut et fort, le FPI prendra part aux élections de 2020 » a-t-elle lancé sous le regard approbateur de Lazarre Kofi Koffi, qui compte parmi ses soutiens. Ignorant l’agenda judiciaire de Laurent Gbagbo, Simone pose comme seule condition la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). « Vous savez que la réforme de la CEI n'est pas encore faite. Pourtant, c'est un préalable à la tenue d'élections libres et démocratiques », a-t-elle lancé. Principal point d’achoppement entre pouvoir et opposition, la loi sur la nouvelle CEI a été adoptée par le Parlement et devrait être promulguée par le Président de la République Alassane Ouattara début septembre. Ce qui pourrait freiner les intentions et les ambitions de cette aile du FPI, absente depuis 2011 de toutes les élections. Toutefois, cette participation n’est pas liée uniquement à la réforme de la CEI. Elle dépendra de la libération définitive ou non de Laurent Gbagbo. « Simone le sait. Pour l’instant, elle évite d’aller contre Laurent de façon frontale. Mais elle n’a pas changé. Elle est toujours convaincue qu’au FPI, après Gbagbo, ce sera son tour. Elle veut pouvoir essayer cela en 2020 », confie un cadre du FPI. Mais tant que Gbagbo tient les manettes, même à distance, Simone Ehivet n’osera pas aller contre sa volonté, précise ce dernier. Après dix ans d’absence dans le jeu électoral, même si le FPI semble avoir gardé la plus grande partie de son électorat, ses forces sont divisées et démobilisées.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 28/05/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’après coronavirus

La crise inédite résultant de la pandémie du coronavirus devrait inciter les acteurs du monde globalisé à jeter les bases d’un « nouvel ordre mondial &ra...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité