Charles Blé Goudé reprend son parti en main

Il bat le rappel des troupes depuis son hôtel de La Haye. Charles Blé Goudé reprend peu à peu la main. En organisant un congrès ce 17 août, il ne veut pas rester en marge de l’élection de 2020; quel que soit l’agenda de la CPI.

Encore dans l’attente de la décision définitive de la Cour pénale internationale (CPI) Charles Blé Goudé, ex leader de la galaxie patriotique, ne veut rester en marge de l’actualité politique. Après avoir reçu plusieurs de ses proches en Hollande, notamment des membres de son parti, il a décidé de reprendre en main les affaires d’une formation qui s’est déchirée en son absence. Le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (COJEP) débutera son congrès le 17 août à la place CP1 de Yopougon, pour sonner la mobilisation dans un quartier où il habitait durant la crise.

Mobilisation « Quel Cojep pour une Côte d’Ivoire libre et démocratique? » est le thème qui réunira ses partisans, à qui Charles Blé Goudé devrait s’adresser par vidéoconférence. Dans son entourage, on estime qu’il est certes encore trop tôt pour  se lancer dans la course, « mais en 2020, nous aurons notre mot à dire, car notre voix compte sur le terrain politique », explique Youssouf Diaby, son compagnon de longue date exilé en Europe depuis 2011. Selon ce dernier, il s’agit d’abord de redynamiser les bases. « Il est difficile de mesurer sa force quand on a passé près de 10 ans loin des siens. En plus, il faut avoir à l’esprit le fait la plupart de ses partisans ont encore des liens forts avec le FPI ou en sont encore militants », explique Firmin Kouakou, politologue. Dans un contexte où son « père politique » n’est pas encore à la retraite, Charles Blé Goudé ne tentera pas de se lancer dans une course au pouvoir. Il l’a déjà dit, son « chemin commence là où s’arrête celui de Gbagbo ». Mais cela ne l’empêche nullement de continuer à marquer les esprits. «  J’aimerais diriger mon pays. Mais j’ai tout mon temps », avait-il lancé à sa sortie de prison. 2025 ou 2030 peut être, confie son entourage, pour lequel il faut maintenir la flamme de la mobilisation car « après les trois grands (Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié), il est de ceux qui s’imposent », lance l’un de ses proches.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 20/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité